Hoverboard, trottinette électrique, monoroue, quelle obligation d'assurance?

Hoverboard, trottinette électrique, monoroue électrique, quelle obligation d'assurance?
Hoverboard, trottinette électrique, monoroue électrique, quelle obligation d'assurance? - © ROBYN BECK - AFP

La moitié des utilisateurs de nouveaux engins motorisés (hoverboard, trottinette électrique, monoroue électrique...) ne sont pas conscients de leurs obligations en matière d'assurance, ressort-il lundi d'une étude de l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) et AG Insurance. Seul un usager sur cinq déclare disposer d'une assurance responsabilité civile, pourtant obligatoire pour conduire ce genre de véhicules.

Les nouveaux engins motorisés, qui ne peuvent selon l'état actuel du code la route pas dépasser 18 km/h, représentent une vraie solution de mobilité, principalement pour effectuer les derniers kilomètres d'un déplacement domicile-travail en combinaison avec un autre mode de transport, souligne l'IBSR.

S'il n'existe pas de chiffres sur le nombre de véhicules en circulation, l'âge moyen des utilisateurs confirmés se situe entre 36 et 40 ans, pour une distance hebdomadaire comprise entre 50 et 90 km, selon l'étude.

Pour dissiper les flous qui entourent ces nouvelles pratiques, le ministre de la Mobilité François Bellot va réunir au sein d'un groupe de travail commerçants, police, IBSR, SPF Mobilité et assureurs, a-t-il annoncé lors de la conférence de presse, à l'issue de laquelle il s'est lui-même essayé à l'hoverboard.

Ils travailleront sur cinq priorités: homologation des engins, définition de catégories en fonction de la vitesse de l'appareil, nécessité éventuelle d'instaurer un permis, adaptation du code de la route pour préciser notamment l'espace dévolu aux usagers et définition d'un cadre en matière d'assurances.

Pour l'étude, un millier de personnes ont été interrogées entre septembre 2016 et février 2017.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir