Herman Van Rompuy cherche des sous

RTBF
RTBF - © RTBF

Les formateurs des gouvernements flamand, bruxellois, wallon et de la Communauté française sont attendus aujourd'hui au 16 rue de la Loi. Herman Van Rompuy recevra successivement Kris Peeters, Charles Picqué et Elio Di Rupo afin d'aborder les problématiques budgétaires.

Si la crise touche le fédéral, elle n'épargne pas non plus les entités fédérées, où les déficits annoncés pour les prochaines années compliquent les négociations. Et ce que le Premier ministre a à leur demander est pour le moins délicat. Les grandes manoeuvres budgétaires risquent de réveiller les hostilités communautaires. Avant que ne reviennent les discussions sur BHV et la réforme de l'état, la répartition de l'effort budgétaire mettra la loyauté fédérale à rude épreuve.

Pour que la Belgique renoue avec une trajectoire budgétaire acceptable, le gouvernement Van Rompuy doit trouver 20 milliards d'ici 2015. Il ne peut les prendre en charge seul. Il faudra un accord de coopération avec les régions et communautés pour que celles-ci prennent, elles aussi, leur part. Mais quelle part? Une note du Premier ministre proposerait que le fédéral en assume 61%, efforts en matière de sécurité sociale inclus. Les entités fédérées se verraient demander de participer à la hauteur de 26% et les pouvoirs locaux (communes et provinces) de 13%.

Mais le plus dur sera de répartir cet effort entre entités fédérées. La Flandre, se retranchant derrière un déficit annoncé de près de 2 milliards en 2010, se fait tirer l'oreille et estime qu'à l'effort qu'elle fournira devra correspondre un effort équivalant des francophones, avec l'intention à peine voilée d'acculer les francophones à être à nouveau demandeurs, donc forcés d'accepter une réforme de l'Etat. 

Les gouvernements wallon, bruxellois et de la Communauté française, en cours de formation, viendront dire aujourd'hui au Premier ministre que leurs perspectives budgétaires ne laissent que peu de ressources pour épauler le fédéral, et qu'en tout état de cause leur effort devra être étalé dans le temps. 

(M.S. avec Pierre Magos)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK