Herman De Croo: le confédéralisme de la N-VA est "une vente d'illusions"

Herman De Croo: le confédéralisme de la N-VA est "une vente d'illusions"
Herman De Croo: le confédéralisme de la N-VA est "une vente d'illusions" - © Tous droits réservés

Herman De Croo, député Open VLD et ministre d'Etat était l'invité de Thomas Gadisseux ce dimanche dans l'Indiscret. Réagissant aux propos de Bart De Wever, qui a annoncé ce samedi vouloir préparer le confédéralisme, il estime que ce projet a très peu de chance d'aboutir car qui dit confédéralisme dit indépendance de la Flandre.

A la question de savoir s'il faut se préparer au confédéralisme en Belgique, Herman De Croo répond ceci : "Je ne sais pas très bien ce qu’il faut croire parce que le même parti a décidé (la N-VA donc) de tenir un grand congrès vers la fin de cette année-ci pour définir le confédéralisme. Ou bien on vend quelque chose dont on ignore encore le contenu ou bien ce qui est clair, c’est que c’est un truc voyant qu’en Flandre le séparatisme, l’indépendance qui est inscrite à l’article premier des statuts de ce parti n’a pas de chance de se réaliser".

Et l'ancien président de la Chambre argumente en affirmant que seuls 12-15 % de flamands veulent le séparatisme pur et dur et l’indépendance de la Flandre. Pour lui, c'est clair, la N-VA utilise "des voies détournées", autrement dit le confédéralisme, pour ne pas parler ouvertement de l'indépendance de la Flandre, ce qui pourrait déplaire à une bonne partie de son électorat.

"Car qu’est-ce que le confédéralisme ? Ce sont des Etats indépendants qui décident de se mettre ensemble et pouvoir se quitter quand ils veulent pour faire ensemble des choses en commun. Il faudrait d’abord, si on veut vraiment faire du confédéralisme chez nous, rendre indépendante la Flandre. Quid de la région bruxelloise ? Quid de la région wallonne ? Et je n’oublie pas nos amis des cantons de l’Est".

"C’est donc une vente tout à fait d’illusions", conclut-il.

Pas de définition du confédéralisme en Belgique

Plus délicat lorsqu'il s'agit de parler de la position de l'Open VLD et de son fils, Alexander De Croo, qui s'est prononcé en faveur d'un confédéralisme.

"L’Open VLD est un parti fédéraliste qui veut renforcer la compétence des régions et des communautés vers plus de fédéralisme", affirme-t-il.

De toute façon, "le confédéralisme n’est défini par personne en Belgique, même pas la N-VA", ajoute-t-il précisant qu'"il faut attendre une position claire sur domaine claire".

A peu près 350 000 personnes travaillent à Bruxelles, rappelle-t-il. En cas de confédéralisme pur et dur, "il faudra payer les impôts à Bruxelles". Ce qui est loin d'être gagné, selon lui. Quand il voit qu'il a fallu 20-25 ans pour résoudre le problème du jardin botanique de Meise, il se demande comment on pourra trouver un consensus pour avoir des entités séparées. Bref, tout cela, "c’est de la poudre aux yeux !".

La N-VA a profité des propos du roi

Interrogé sur le discours de Noël du roi et de la controverse qu'elle a suscitée, Herman De Croo estime que "le roi n’a pas dérapé", par contre, "il a peut-être sous-estimé le fait que l’on puisse profiter des propos".

En période creuse, quand il n'y a pas de nouvelles, "un petit vent devient tempête", ajoute-t-il, "et la N-VA en profite pour gonfler la chose et cela marche".

En d'autres termes, pour lui, le roi ou le Premier ministre, "a donné involontairement à la N-VA l’occasion de tirer sur l’Etat belge".

Mais il précise : "N’oubliez pas que 25% des électeurs de la N-VA sont royalistes !".

 

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir