Grève du personnel pénitentiaire: "Les recrutements ne suivent pas"

La prison de Saint-Gilles.
La prison de Saint-Gilles. - © Jonas Hamers / ImageGlobe

Des actions du personnel démarrent aujourd’hui dans les prisons. Elles vont durer toute la semaine. Le personnel prendra son service avec 2 heures de retard et cela concerne aussi bien l’équipe du matin que celle de l’après-midi.

À l’origine de ce mécontentement, le non-respect d’engagements pris après la longue grève du printemps 2016. Le ministre de la Justice, Koen Geens, avait, par exemple, promis de renforcer le personnel, mais aujourd’hui il manque toujours environ 300 gardiens de prison.

Selon Laurent Lardinois, délégué CGSP pour les prisons bruxelloises, il manque près de 300 agents pour le moment. "Ils manquent par rapport à ce qui avait été garanti. On attend juste une chose, c’est que l’autorité respecte ce qu’elle a signé. Elle s’est engagée, via un protocole, à rétablir un nombre d’agents, que ce soit des administratifs, des agents pénitentiaires ou des infirmiers. Force est de constater que les recrutements ne suivent pas et que, pire que ça, le cadre descend et ne remonte pas."

Une dégradation des conditions de détention

Pour le syndicaliste, cette situation entraîne des conséquences graves: "Il y a une dégradation des conditions de travail, c’est très clair, il y a une dégradation des conditions de détention et on peut constater qu’au niveau de la sécurité, ce n’est pas optimal non plus. Le ministre doit prendre conscience que les gens sont à bout, que les actions iront crescendo et tout ce qu’on espère, c’est qu’il y ait une solution le plus rapidement possible et que le ministre respecte ce qu’il a signé."

Du côté du ministre de la Justice, Koen Geens, on indique que les recrutements sont en cours. 

Ecoutez Laurent Lardinois, délégué CGSP pour les prisons bruxelloises

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK