Grève de la faim des sans-papiers : alors que la situation se dégrade, Sammy Mahdi désigne le Commissaire général Dirk Van den Bulck comme envoyé spécial

Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Sammy Mahdi (CD&V) a désigné lundi Dirk Van den Bulck, Commissaire général aux réfugiés et aux apatrides, comme envoyé spécial pour orienter les demandeurs d’asile en grève de la faim vers les procédures existantes.

Dirk Van den Bulck, se rendra sur place sur les sites et dans la zone neutre.

Le secrétaire d’Etat précise que les personnes en grève de la faim peuvent discuter individuellement de leur dossier avec des collaborateurs de l’Office des Etrangers, dans la zone neutre. Chacun peut se faire accompagner d’une personne de confiance. "Toute personne qui souhaite déposer un dossier de régularisation peut le faire sur place. Normalement, les gens doivent s’adresser aux services de la ville ou de la commune. La Ville de Bruxelles est située dans la zone neutre", ajoute le secrétaire d’Etat.

L’état de santé des sans papiers est en train de détériorer. Médecins du monde lance l’alerte : 300 grévistes n’ont plus que quelques jours de survie, à cause de la grève de la faim et de la soif. Le directeur général Michel Genet espère que "rien ne se passera dans les heures qui viennent". Hier soir, vers 23 heures, le gouvernement a envoyé 15 ambulances.

Mohammed, gréviste, témoigne : "Après quelques jours de grève de la faim et de la soif, ils deviennent nerveux. Hier, quand ils ont vu autant de médecins, il y a eu beaucoup de stress". Les grévistes ont commencé à crier : le calme était de retour seulement vers 2 heures. Et pourtant, aucun gréviste n’a accepté de se faire hospitaliser.

L’enjeu est de taille : "Ces gens ne cherchent ni l’assistanat, ni le rêve américain. Ils demandent une carte séjour pour pouvoir travailler dans la légalité et la dignité" explique Ahmed, porte-parole des grévistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK