Prison de Saint-Gilles: le vote est invalidé par les syndicats après un incident

Le vote à la prison de Saint-Gilles ce lundi
3 images
Le vote à la prison de Saint-Gilles ce lundi - © ERIC LALMAND - BELGA

Les gardiens des prisons wallonnes et bruxelloises sont en grève depuis 5 semaines. Les agents pénitentiaires protestent contre le plan de rationalisation que le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) veut mettre en place. Un projet de protocole d'accord a été conclu la semaine passée entre les syndicats et le ministre. Ce protocole comprend notamment l'engagement de 480 statutaires supplémentaires, dont 386 agents pénitentiaires, soit 75 de plus que ce qui figurait dans le précédent protocole du 6 mai, accepté en Flandre mais rejeté par les syndicats francophones. Les travailleurs se sont prononcés ce lundi sur ce protocole au cours d'assemblées tenues dans les prisons.

Selon la FGTB, le vote des gardiens dans les prisons francophones du pays est terminé. Les gardiens de ces établissements rejettent à 94,7% le protocole d'accord.

La prison de Saint-Gilles est comptabilisée dans les établissements flamands et le vote n’a pas pu être officiellement annoncé. Il a été invalidé par les syndicats. Le scrutin devait se dérouler en deux temps. D'abord, le vote des employés néerlandophones en poste à l’intérieur de la prison. Ensuite, celui des grévistes qui attendaient dehors. Or lorsque les délégués des syndicats ont apporté l’urne dehors, les grévistes ont mis feu à l’ensemble des bulletins de vote. N’ont été conservés que le bulletins de vote des grévistes, francophones, qui réclament, eux, la poursuite du mouvement de grève.

Namur, Andenne et Dinant ont rejeté l'accord

Les agents de la prison de Namur ont majoritairement rejeté ce lundi matin le protocole d'accord. Ils ont voté plus tôt que prévu. "Vu la météo détestable, les agents ne voulaient pas attendre 13h00", a expliqué Xavier Crefcoeur, délégué CSC. Sur 80 personnes votantes, 76 ont voté contre le protocole d'accord et 4 agents ont voté pour "car ils veulent aussi la reprise du travail après 35 jours de grève". Ces chiffres sont officiels et définitifs, a ajouté le syndicaliste.

En province de Namur, le protocole d'accord avait déjà été rejeté par les prisons d'Andenne et de Dinant. Les votes sont secrets mais, d'après les échos recueillis par Xavier Crefcoeur, c'est surtout la rationalisation qui pose problème.

"On a demandé d'arrêter la rationalisation qui est impossible à appliquer dans notre prison. De plus, le cadre de 2014 n'est pas pérennisé. Notre cadre serait renforcé mais seulement pendant un an et demi", avait quant à lui déclaré Marc Peeters, délégué CSC à la prison d'Andenne, la semaine passée. Les agents craignent donc de devoir à nouveau mener des actions dans un an et demi ou deux parce qu'ils ne seront pas assez nombreux pour travailler.

"Nous n'avons pas fait 35 jours de grève pour rien. Le mutisme du gouvernement me laisse pantois", a encore commenté Xavier Crefcoeur.

Jamioulx, Mons, Tournai et Leuze: écrasante majorité de "non"

Les agents pénitentiaires de la prison de Jamioulx ont rejeté  à une écrasante majorité, le protocole d'accord présenté par le ministre de la Justice Koen Geens, a indiqué le délégué CGSP de l'établissement. Le vote s'est déroulé à bulletins secrets et a permis de recueillir 138 votes "non" au protocole d'accord, pour 7 votes "oui" et une abstention. Le fonctionnement de la prison est toujours assuré par la police et des militaires, précise encore la CGSP.

Dans le Hainaut encore, sur 167 votants à la prison de Mons, 163 ont voté contre. Et à Tournai, 76 des 77 votants ont refusé le protocole, il y a une abstention. A Leuze-en-Hainaut, le scrutin aboutit à 91 non, 5 oui et une abstention.

Les agents de la prison de Forest disent "non"

Les agents pénitentiaires de la prison de Forest, en grève depuis le 25 avril, ont largement rejeté le protocole d'accord présenté la semaine dernière par le ministre de la Justice Koen Geens. Au total, 83% des agents ont voté pour la poursuite de la grève.

La décision de ne pas accorder le salaire minimum garanti aux agents pénitentiaires en grève a particulièrement énervé le personnel, a indiqué le délégué de la CGSP Cosimo Agostino. "La proposition de protocole est complètement rejetée", a-t-il ajouté. "On va avoir du personnel supplémentaire, mais les économies se poursuivent. Les gens ne veulent pas se retrouver dans la même situation en 2018."

Rejet aussi à Lantin, Huy et à Paifve

A la prison de Lantin, le résultat du scrutin donne 299 voix contre le protocole, 4 pour et 1 bulletin nul. Les salariés de la prison de Paifve rejettent la proposition à 98%. Et ceux de la prison de Huy à 92,5%.

Nivelles: c'est non

Les agents de la prison de Nivelles ont également rejeté le protocole d’accord, à une large majorité : 95% des gardiens sont contre le nouveau texte.

Marche: "Les agents sont à 99% contre"

Les agents pénitentiaires de la prison de Marche ont, à une très large majorité, le protocole d'accord. "Les agents sont à 99% contre", a indiqué un délégué syndical CSC.Sur les quelque 150 participants à l'assemblée générale, seuls deux se sont prononcés en faveur du protocole d'accord.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK