Grève ce vendredi: perturbations sur le rail, pas de vols à Bierset et Walibi bloqué

Ce vendredi 24 juin, les syndicats socialistes francophone et néerlandophone appellent à la grève nationale et interprofessionnelle dans les secteurs public et privé pour protester contre les mesures d'économies du gouvernement Michel. CSC et CGSLB ne suivent pas cet appel, mais les affiliés du syndicat chrétien seront couverts.

Pratiquement, il faut s'attendre à de nombreux services publics, administrations et transports en commun à l'arrêt, mais aussi dans le privé avec des piquets de grève devant certaines entreprises. Par contre, selon Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, il n'y aura pas de blocages routiers.

Aucune manifestation ou rassemblement n'est prévu.

Rail : des perturbations

Le préavis de grève déposé couvre pour le rail la période du jeudi 23 juin à 22 heures au vendredi 24 juin à la même heure. À noter que cette grève est indépendante de l’accord passé il y a peu à propos des jours de compensation.

La SNCB conseille aux voyageurs de se tourner vers des alternatives pour se déplacer. L'ampleur des perturbations ne peut pas être mesurée à l'avance, les sociétés n'ayant pas connaissance du nombre exact de collaborateurs qui se joindront à la grève. La SNCB conseille aux voyageurs de ne pas compter uniquement sur les trains pour leurs déplacements.

La FGTB a lancé seule son mot d'ordre, mais elle indique qu'elle sera rejointe en de nombreux endroits par la CSC.

La circulation des trains internationaux ne devrait pas être particulièrement touchée. Thalys, Eurostar et TGV Bruxelles-France ne prévoient pour l'instant pas d'impact particulier pas plus que l'ICE Bruxelles-Cologne-Francfort et l'InterCity Bruxelles-Amsterdam.

La STIB devrait être fortement perturbée, les TEC aussi

De très importantes perturbations sont à prévoir sur le réseau des transports en commun bruxellois dès vendredi matin. Les organisations syndicales appellent à la solidarité en front commun, donc les trois syndicats feront grève à la STIB.

Il y aura très peu de trams et très peu de bus. La direction de la STIB espère pouvoir exploiter le métro, mais sans certitude pour l’instant.

Le contact center (070/23.20.00) de la société bruxelloise sera disponible dès 6h00 vendredi. Les voyageurs pourront également consulter le site web stib.be, l'application, la page Facebook et le compte Twitter de la STIB pour s'informer.

Du côté des TEC, les perturbations classiques sont à prévoir, même si la société n'en connaît pas encore l'ampleur. Guy Fays, secrétaire régional de la FGTB Namur, précise qu'aucun piquet ne bloquera les dépôts de Namur. Toutefois, de nombreux collaborateurs des TEC sont affiliés à la FGTB, la circulation des bus sera donc bien touchée, ajoute-t-il.

Des informations plus précises sur l'ampleur de ces perturbations seront disponibles sur le site infotec.be dès que possible.

Au nord du pays, la société De Lijn s'attend dans tous les cas à un impact sur son réseau mais ne peut encore le mesurer. La société conseille aux voyageurs de consulter son site web delijn.be qui donnera dès 6h15 une vue détaillée des perturbations.

Pas d'impact important à Zaventem, Bierset à l'arrêt

Le terminal marchandises de Zaventem, BruCargo sera à l’arrêt, des piquets de grève sont annoncés devant le terminal, mais pour les passagers, la grève ne devrait avoir aucun impact, selon le permanent Setca.

A Bierset, tous les vols passagers et ceux de la société de transport de fret TNT sont annulés jusqu'à samedi 6h00 du matin.

A Charleroi, des actions de blocages et des grèves tournantes pourraient paralyser l’activité de l’aéroport ainsi que les axes routiers avoisinants. L'aéroport conseille d'arriver au moins 3 heures avant le départ.

Ecoles: grève et jours blancs cohabitent

Du côté des écoles, les répercussions devraient être légères même si la CGSP-Enseignement a appelé ses affiliés à participer à la grève.

"Les cours et les examens sont en grande partie terminés. Ce sont plutôt des délibérations qui se déroulent en ce moment dans les écoles et la plupart des directions ont décidé de les déplacer. Il n'y a que certaines écoles où ce n'est pas le cas et alors le professeur décide lui-même de s'y rendre ou pas", indique Pascal Chardome, président de la CGSP-Enseignement.

Les activités pour les enfants prévues dans le cadre des jours blancs sont, elles, maintenues.

Walibi ciblé par un piquet de grève

Parmi les entreprises bloquées par des piquets de grève, il y aura aussi à Walibi. Alors que le parc d'attraction aurait pu faire le plein avec la fin des cours scolaires, la FGTB a décidé d'installer dès potron-minet un piquet de gréve "pour déni de démocratie sociale". La FGTB réagit ainsi au licenciement d'un délégué syndical en mai dernier.

Au niveau de la direction du parc d'attraction, on n'a reçu aucune information officielle du syndicat. Le parc sera bien ouvert et tout devrait fonctionner normalement malgré cette menace. Toutefois, et puisque le risque de ne pas avoir de trains, de bus et d'assister à de gros bouchons sur les réseaux routiers est bien réel, Walibi propose aux écoles et instituions qui ont réservé une solution de rechange.

Actions et blocage à Liège

Comme ailleurs, il y a peu de bus en province de Liège. A la Poste, le centre de tri d'Awans sera bloqué à partir de minuit. Conséquence: tous les bureaux de poste de la province seront privés de courrier.

De nombreuses administrations seront fermées et seules quatre mairies de quartier seront accessibles. Les hôpitaux fonctionneront en service du dimanche.

Des écoles du réseau officiel resteront portes closes et de nombreuses entrerprises seront à l'arrêt: FN, Techspace Aero devenue Safran Aero Boster, mais aussi toutes les usines d'Arcelor Mittal.

Verviers et Eupen sont par ailleurs les seules régions du pays ou les métallos et les travailleurs du textile affiliés à la CSC font officiellement grève également. Enfin, il sera impossible de faire ses courses dans les grands zoning commerciaux

Aucun blocage de zoning industriel ou d'autoroute n'est prévu cette fois. Mais des entreprises seront ciblées: des militants se réuniront ainsi devant chez Décathlon et devant l'entreprise Frianda aux Hauts-Sart. La FGTB compte aussi organiser une surveillance des chantiers qui ont recours au dumping social. Une concentration de militants aura ainsi lieu devant l'entreprise de construction Galère à Chênée, qui vient d'annoncer le licenciement de 110 travailleurs.

Enfin vers 7H30-8H00 du matin, les enseignants vont bloquer un des ponts les plus fréquentés de la ville de Liège, le pont Kennedy.

Dans le Brabant wallon

En Brabant wallon, les collectes de cartons seront quelque peu perturbées, ils ne seront pas enlevés à Braine-Le-Château et Rebecq.

Les parcs à conteneurs seront ouverts et les PMC pourront donc y être déposés.

Et la collecte des déchets ménagers sera quant à elle effectuée normalement.

Perturbations dans le Namurois

Au niveau des commerces, les grandes enseignes seront impactées. La FGTB parle d'un front commun syndical avec la Centrale nationale des employés de la CSC. Des piquets sont prévus aux entrées des magasins.

Au niveau de l'industrie, la FGTB annonce des piquets filtrants chez AGC à Moustier, par exemple, ainsi que dans le secteur de la construction. Des visites de chantiers sont programmées pour attirer l'attention sur les conditions de travail des hommes du secteur justement.

Les carrières d'extraction de pierre seront elles fermées.

Pour les hôpitaux, un service de weekend-end devrait être assuré

Les huit crèches communales du namurois, exception faite des Petits bouts de choux qui accueille 24/24h , seront elles fermées. Cela représente près de 150 places d'accueil: il n'y avait pas assez de personnel que pour assurer un service minimum.

Au niveau des parcs à conteneurs, onze des 33 que compte la province seront fermés. Par contre la collecte des déchets ménagers devrait, elle, bien avoir lieu.

Il ne devrait pas y avoir de barrages filtrants sur les routes.

Le Hainaut sera touché

Toutes les grandes entreprises carolos devraient être à l’arrêt, de même que le centre commercial Ville 2. Comme ailleurs en Wallonie, la CNE débraie aussi. Sa secrétaire principale pour le Hainaut, Isabelle Wanschoor confirme que "dans les entreprises qui seront en grève, les militants des autres centrales de la CSC seront en grève aussi".

La grève sera menée par le syndicat socialiste uniquement à Mons-Borinage où la FGTB s’attend à un suivi très important avec des actions type "piquets de grève" devant les entreprises et aux gros ronds-points menant aux zonings. Des blocages sont prévus aux abords d’entreprises verrières, chimiques, fabriquant du papier, de la céramique. 

Un blocage au poste frontière d'Hensies/Crespin avec la France est annoncé dès 8H30.

Des précautions particulières seront prises pour ne pas mettre à mal la sécurité dans les entreprises Seveso. La FGTB dit vouloir un impact clair sur la productivité des entreprises bloquées par les grévistes.

Des travailleurs du secteur titres-services (nettoyage par exemple) n’iront pas travailler et viendront renforcer les piquets aux abords des entreprises. La FGTB s’attend à beaucoup de travailleurs "titres-services", ce qui n’est pas toujours le cas lors de mouvements de grève.

Dans le secteur construction, des chantiers devraient être dans l’impossibilité de se dérouler correctement, faute de travailleurs. Des blocages sont attendus dans certaines écoles et les transports. 

En Wallonie picarde, dans les administrations communales, provinciales et CPAS, il y aura des piquets avec distribution de tracts, par exemple au service travaux de la ville de Peruwelz.

A la RTBF

Enfin, la RTBF adapte aussi ses programmes ce vendredi.

En radio, les journaux de La Première, de Vivacité et les décrochages Vivacité sont réduits à 5 minutes. Les chaînes musicales Pure FM, Musiq'3 et Classic 21 relaieront les journaux de La Première. Des éditions spéciales sont prévues pour le "Brexit" (ou le "Bremain"), de 6h à 9h05 sur LP, à 8h05 sur Vivacité, une Spéciale Forum de midi à 12h05 et une Spéciale à 13h05 sur La Première, ainsi qu'entre 17h et 19h05.

En télévision, les journaux sont limités à 12 minutes, mais des éditions spéciales sur le référendum britannique sont au programme sur La Une, entre 6h et 9h12 sur La Une, le midi, ainsi que dans la foulée des journaux de 13h et 19h30.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK