"Greta mériterait une fessée": un tweet du "Rassemblement National" liké de partout... jusqu'au MR

"Greta mériterait une fessée": ca like de partout.... jusqu'au MR
2 images
"Greta mériterait une fessée": ca like de partout.... jusqu'au MR - © Tous droits réservés

La venue de la jeune activiste climatique Greta Thunberg à l’Assemblée Nationale a provoqué quelques remous en France. Sur les réseaux sociaux certains députés français n’ont pas hésité à parler de "gourou climatique" ou de "prophétesse en culottes courtes". 

Pour la plupart, il s’agit de députés du parti Les Républicains (droite) mais aussi du Rassemblement National (ex-Front National, extrême-droite). Le parti extrémiste, ouvertement climatosceptique, n’a jamais caché son mépris du mouvement des jeunes pour le climat, mais la venue de Greta Thunberg a attisé les tensions.

Emmanuelle Ménard est députée nationale apparentée au Rassemblement National (son mari, Robert Ménard maire de Béziers, est connu pour ses positions identitaires, défendant souvent "un mode de vie à la française"). Dans un tweet publié hier, elle estime que la jeune femme de 16 ans devrait recevoir une fessée.

Ce tweet n’est pas passé inaperçu et a été fort commenté. Il faut dire que la France vient d’interdire la fessée dans une loi contre le châtiment corporel sur les mineurs, il y a quelques semaines à peine.

Un tweet liké aussi chez nous, par un élu MR

Si la plupart des commentaires sous ce tweet sont français, un "like" a attiré l’attention des internautes, celui d’une personnalité politique belge : le chef de groupe MR à la Chambre David Clarinval.

"Je ne savais pas qui était cette dame"

Contacté ce matin, David Clarinval réagit à la polémique : "Je ne dis pas que je ne suis pas d’accord avec ce qu’elle dit. Mais je pense qu’elle est manipulée, elle donne des leçons à tous les députés. Quand on lui pose une question, elle ne répond pas. Il y a une overdose de Greta dans les médias […] le catastrophisme est contre-productif".

Quant au fait de liker un tweet d’une personne proche du Rassemblement National : " Je ne connais pas cette dame, je ne la suis même pas", nous explique David Clarinval. "Je pensais qu’elle était du parti Les Républicains dont je me sens proche. Je ne soutiens absolument pas le Rassemblement National", ajoute-t-il.

Si le chef de groupe se défend d’avoir voulu soutenir un tweet d’une personnalité proche de l’extrême droite, il reconnaît que la violence des propos n’aurait pas dû être likée : "Je reconnais que j’ai liké ce tweet à la légère. Je reconnais que ce n’est pas très malin. Mais je pense qu’il faut un débat d’idées, aujourd’hui il n’y a plus moyen de critiquer cette jeune femme sans risquer de passer pour un climatosceptique."

David Clarinval a depuis enlevé son like à ce tweet : "Dès que j’ai su qui était cette dame", nous dit-il.

L'intervention de Greta Thumberg à l'Assemblée nationale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK