Gouvernement De Croo: "Oui, les plus gros postes sont aux mains des Flamands"

Justice, Intérieur, Finances, Budget, Santé... Les fonctions régaliennes les plus importantes seront occupées par des Néerlandophones dans le gouvernement Vivaldi, qui devient aussi le premier gouvernement paritaire de l'histoire. Pour commenter le casting dans CQFD: Ivan De Vadder, journaliste politique à la VRT et Bertrand Henne, éditorialiste à La Première.

Gouvernement De Croo: paritaire, renouvelé, rajeuni

Ce gouvernement paritaire, c'est une première historique. Sur ses 20 membres: 10 hommes et 10 femmes ministres ou secrétaires d'état. Avec des femmes dans les ministères régaliens et de grandes "premières", dont les premières femmes aux Affaires Etrangères et à la Défense. Cet élément a été largement souligné aujourd'hui, même si le noyau de l'équipe reste encore très majoritairement masculin.

On peut aussi pointer le renouvellement de cette équipe, car si on y trouve quelques anciens de la coalition précédente et quelques têtes connues qui font leur retour, il y a de nombreux petits nouveaux: certains attendus, d'autres qui font la surprise. On remarquera aussi le rajeunissement de cet exécutif qui présente une moyenne d'âge de 42 ans.

Des ministres qui n'ont pas l'expérience du compromis fédéral

Bertrand Henne observe aussi que certains ministres n'ont pas été élus et qu'une majorité de membres n'ont aucune expérience du gouvernement fédéral. "Si on regarde le Kern qui est au coeur de la décision, il s'agit de personnes qui n'ont pas été élues au parlement fédéral et n'ont pas l'expérience du compromis fédéral", précise le journaliste ajoutant: "on a choisi le renouvellement parce que l'électeur l'a demandé dans les urnes, mais ça veut aussi dire qu'il va y avoir des situations d'inexpérience". 

Le renouvellement n'est-il pas aussi une opportunité? Yvan De Vadder rappelle qu'aucun président de parti, ceux qui ont négocié l'accord, n'est entré au gouvernement, évoquant le "risque de la belle-mère". Il pointe aussi quelques surprises: Annelies Verlinden, l'avocate nouvelle ministre de l’Intérieur, ou Petra De Schutter, avec une seule année d'europarlementaire à son actif.

Les postes stratégiques aux Flamands

Les postes stratégiques, les fonctions régaliennes les plus importantes, sont en majoritairement occupés par des Néerlandophones. On pointera outre le 16 et le Budget pour le premier ministre Alexander De Croo, la Justice qui va à Vincent Van Quickenborne, l'Intérieur à Annelies Verlinden, les Finances à Vincent Van Peteghem, ou encore les Affaires Sociales et la Santé à Frank Vandenbroucke. Les francophones héritent eux des deux autres postes régaliens: les Affaires Etrangères pour Sophie Wilmès et la Défense pour Ludivine Dedonder. 

"Il y a une dispropotion sur les gros postes", observe Bertrand Henne, "soient ceux qui sont plus exposés médiatiquement, qui doivent gérer des ministères de taille importante et disposent de plus moyens pour mettre en oeuvre les politiques, un déséquilibre hérité de la Suédoise". Une forme de gage à l'opinion publique francophone, lié à un gouvernement non majoritaire côté néerlandophone, pour l'éditorialiste à La Première. 

Ivan De Vadder fait la même analyse: "il s'agit de postes lourds et visibles, mais qui étaient déjà aux mains des Néerlandophones auparavant".

Frank Vandenbroucke: "un bon choix, qui tranche avec Maggie De Block"

L'un des come-back les plus inattendus de ce casting, c'est sûrement celui de Frank Vandenbroucke, retiré de la vie politique active depuis des années. A 65 ans, il sera la figure de proue du spa dans le gouvernement Vivaldi, puisqu'il a été nommé Vice-premier et ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, compétence qu'il occupait déjà - avec les Pensions - dans le gouvernement Verhofstadt I. 

"C'est un symbôle des gouvernements arc-en-ciel", remarque Ivan De Vadder qui s'interroge: "le CD&V ou les Verts sont-ils vraiment heureux de voir le retour de ce symbôle?". Le journaliste politique à la VRT relève aussi l'expertise du nouveau ministre de la Santé Publique: "avec toute sa connaissance des affaires sociales et de la santé. Je pense qu'on ne peut pas refaire un parti qu'avec des jeunes, et ici la personnalité de Frank Vandenbroucke est un bon choix".

Pour Bertrand Henne aussi: "Dans une contexte de crise sanitaire majeur à gérer, ce type de profil était un bon choix [...] Il tranche avec le profil de Maggie De Block qui, peut-être plus du côté francophone, s'était décrédibilisée ces derniers temps. On retrouve ici un niveau de crédibilité important, lorsqu'il s'agira de faire passer des mesures Covid dans la population".

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK