Gouvernement fédéral : priorité absolue à un plan d’action pour lutter contre les violences intrafamiliales

La première vague de l’épidémie de Covid-19 et la période de confinement qu’elle avait nécessité ont eu comme conséquence une augmentation de la violence intrafamiliale. Alors que le pays fait face à une deuxième vague, le gouvernement entend "mieux soutenir les victimes". C’est pourquoi il a approuvé ce vendredi le plan d’action élaboré par la secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres, Sarah Schlitz (Ecolo).

Etre aux côtés des victimes et envoyer un signal aux auteurs

Ce plan sera mis en œuvre en collaboration avec les entités fédérées afin d’assurer une prise en charge optimale des victimes. C’est un signal fort que le gouvernement entend envoyer aux victimes. "Nous ne vous laisserons pas tomber, nous sommes à vos côtés", explique la secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres. C’est aussi un signal envoyé aux auteurs : "Ces violences sont inacceptables", poursuit Sarah Schlitz.

Le plan d’action prévoit d’abord de relancer une étude sur les violences intrafamiliales qui ont eu lieu en 2020. L’idée est de " documenter ces phénomènes qui se passent dans notre pays afin de mieux pouvoir les contrer", explique Sarah Schlitz. Cette étude d’impact accordera une attention particulière aux facteurs de vulnérabilité tels que le handicap, la pauvreté, le statut de séjour, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Les moyens dégagés pour la ligne de chat " violences sexuelles " sont prolongés et augmentés

Des campagnes de sensibilisation du grand public aux violences intrafamiliales et de genres seront mises en œuvre afin de mettre l’accent sur ces violences, afin de rappeler aux victimes que des actions sont prises et rappeler les différents numéros d’urgence qui existent en Belgique.

Des directives pour la police et la Justice

Ce plan d’action contre les violences intrafamiliales compte aussi s’appuyer sur la police et la Justice. "Il sera rappelé que la lutte contre les violences intrafamiliales reste une priorité absolue, même en période de confinement ou de semi-confinement comme on peut le connaître actuellement", explique Sara Schlitz, la secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres. Il sera aussi demandé à la police d’adopter une attitude proactive envers les victimes et "de recontacter les victimes qui ont porté plainte afin de s’assurer de la stabilité de la situation", explique Sarah Schlitz. Il faut aussi, dit la secrétaire d’Etat, "réinsister auprès des Parquets pour que l’interdiction temporaire de résidence des auteurs soit plus régulièrement utilisée afin de résoudre les problèmes au sein des foyers".

Dans le plan d’action, il sera aussi fait appel aux médecins. "Nous souhaitons leur rappeler qu’il y a une augmentation des violences intrafamiliales durant cette période de confinement et attirer leur attention sur ce risque ainsi que sur les différents codes de signalement qui existent et qu’ils peuvent activer lorsqu’ils constatent des violences auprès de leurs patients", poursuit Sarah Schlitz.

Journal télévisé de 19h30 le 20/11 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK