Bruxelles: "Un tour de passe-passe pour faire croire que la crise a disparu"

Vincent De Wolf (MR)
Vincent De Wolf (MR) - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

"Quelle belle déclaration politique de rentrée...(eke) !", a réagi, ironique, le chef de groupe MR au parlement bruxellois Vincent De Wolf à l'allocution de rentrée du ministre-président Rudi Vervoort (PS), à l'issue de laquelle ce dernier a demandé au parlement bruxellois de réitérer sa confiance en son gouvernement. Une façon de forcer le cdH à se positionner, alors que pendant trois mois, les centristes ont poussé à un changement de coalition au gouvernement bruxellois, sans succès.

Comparant le ministre-président à Oudini, le leader de l'opposition a raillé Rudi Vervoort, qui a tenté de faire croire dans son discours que "par un tour de passe-passe et quelques annonces réconfortantes, la crise politique a disparu ou, mieux, elle n'a jamais existé".

"Faire comme si"

"L'opposition ne va pas chercher à 'faire comme si' un véritable gouvernement pilotait encore, à vos côtés, notre région, à 'faire comme si' tout allait pour le mieux à Bruxelles, à 'faire comme si' les affaires n'avaient pas touché, jusqu'au sommet, votre formation politique, à 'faire comme si' les derniers sondages n'avaient pas manifestement plombé le premier parti du gouvernement", a clamé Vincent De Wolf. 

"À nos yeux, monsieur le ministre-président, poser la question de confiance sur votre gouvernement c'est nécessairement démontrer, aujourd'hui, la défiance qui existe au sein de votre majorité. Ne pensez pas que le vote qui interviendra dans 48 heures signifiera la fin de la crise actuelle, car dans tous les cas, votre gouvernement a définitivement perdu tout crédit" a-t-il conclu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK