Google refuse de flouter les images satellites de centrales nucléaires

A l'heure où l'on parle sécurité, nos centrales nucléaires sont parfaitement visibles dans le moindre détail sur Google Maps, qui refuse de les flouter.

Fin octobre, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (l'AFCN)a pris contact avec le géant du numérique pour demander de flouter les centrales du pays sur les images satellites que le moteur de recherche met à disposition des internautes. " Nous avons fait une demande officielle via le canal officiel par l’intermédiaire avec le cabinet de l’Intérieur, explique Mélanie Boulanger de l’AFCN. Et il n’y a toujours pas eu de suites à cette demande. On est en train d’examiner toutes les options possibles."

Pour L'AFCN, il est indispensable de flouter ces centrales. L’agence souligne que c'est déjà le cas pour les centrales en France. Pour l’agence, c’est une question de sécurité des sites nucléaires. "On veille à la sécurité de la population. Et donc, il ne faudrait pas que ces images tombent dans les mains de personnes mal intentionnées ou encore un risque de survol des sites par des drones. Les risques sont multiples et l’agence voudrait à tout prix prévenir ces risques", indique encore Mélanie Boulanger.

Mais problème: il n'existe pas actuellement de cadre juridique pour forcer Google à procéder au floutage. "Il y a eu des contacts sur cette question, mais il n'y a en Belgique pas de base juridique permettant de contraindre Google à brouiller ces images", confirme Michiel Sallaets, porte-parole de Google en Belgique. Contrairement à ce qui existe déjà pour les bases militaires, où un article du code pénal interdit de les photographier, et les images satellites sont donc couvertes par l'article en question. Quatre députés ont bien fait il y a quelques semaines une proposition de loi visant à obliger les diffuseurs d'images satellites à flouter les images de centrales nucléaires, sans qu'elle soit votée pour l'instant.

En attendant, l'AFCN espère que Google changera d'avis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK