GIAL: Karine Lalieux dénonce "l'instrumentalisation politique de l'audit"

Mohamed Ouriaghli, Président de GIAL, et Karine Lalieux (PS), ancienne Présidente de GIAL, ont réagi aux révélations concernant l'ASBL GIAL dans un communiqué : "Nous regrettons l’instrumentalisation politique de l’audit commandé par le CA de GIAL en mai 2017 et sa lecture orientée. L’objectif de celui-ci était d’examiner avec précision la gestion de l’association, de pointer les améliorations et d’entamer toutes les démarches allant dans ce sens. Depuis la remise de cet audit en octobre 2017, le CA de GIAL a tenu compte des recommandations."

Contrat de Michel Leroy

Elle ne remet pas en cause les compétences de Michel Leroy, le gérant de la SPRL Altera Via, qui avait conclu un contrat de consultance avec le GIAL : "En 2017, l’audit commandé par le Président Ouriaghli et le CA indique pour la première fois, sans remettre en cause les compétences du directeur de développement, qu’il y a lieu de s’interroger sur le contrat et la mise en concurrence de Michel Leroy."

Salaire au niveau du marché

Elle défend également le salaire de Michel Leroy, un consultant qui occupait un poste de directeur et recevait un salaire de 1000 euros par jour : "La rareté des profils d’expert en développement implique un coût important et le salaire de Michel Leroy correspond aux prix pratiqués sur ce marché très compétitif. De plus, cette fonction importante et les qualités de Michel Leroy ont été reconnues par les différentes directions générales et par les différents audits externes."

"L’instrumentalisation de l’audit de 2017 jette le discrédit sur les collaborateurs de GIAL. Alors que le rôle des 125 travailleurs est et reste d’assurer un bon service à la population", conclut-elle.

>>> À lire aussi: Escroquerie, malversations, corruption... L'asbl GIAL, machine à scandales

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK