Georges-Louis Bouchez au congrès du MR: "Personne n'aura le programme de ses rêves"

Premier congrès MR pour Georges-Louis Bouchez en tant que nouveau président des réformateurs
Premier congrès MR pour Georges-Louis Bouchez en tant que nouveau président des réformateurs - © DIRK WAEM - BELGA

Premier congrès MR pour Georges-Louis Bouchez, depuis sa prise de fonction à la présidence du Mouvement réformateur. Les bleus se sont retrouvés ce dimanche matin à Wavre. Pour le principal intéressé : " C’est un moment extrêmement important et même émouvant, je dirais. C’est véritablement le genre de moment que l’on n’oublie pas dans une vie, normalement ".

Longue séance d’embrassades et d’accolades, pour le " président Georges-Louis ". Coup de sonde rapide parmi les militants : " Il est super sympa et dynamique, c’est un battant, ça se voit ! " De là à sortir le pays de l’impasse politique ? " Oui, on le sent, il veut vraiment arriver à quelque chose ".

Une solution pour un gouvernement fédéral ?

Dans le discours du nouveau président libéral, l’avenir du MR, mais aussi celui du pays : " Comme je l’ai dit jusqu’à présent, je pense que maintenant tout le monde doit prendre ses responsabilités, ne plus se cacher derrière des prétextes ou des excuses. Je ne vais pas pointer du doigt l’un ou l’autre parti, le nord ou le sud du pays. De toute façon, personne n’aura le programme de ses rêves. Il est encore possible d’avoir un projet enthousiasmant, mais pour cela, il faut accepter de négocier ".

Il est plus que temps de se mettre à table pour former un gouvernement

L'informateur royal a pressé dimanche les partis politiques associés au processus de formation d'un gouvernement fédéral à se mettre à table pour entamer cette formation, sans quoi les populistes continueront de se renforcer en Belgique."Huit mois après les élections, le temps des hypothèses, des rumeurs, des petits intérêts personnels ou partisans est révolu", a affirmé M. Bouchez qui, sous sa casquette de président du MR, présentait à Wavre ses vœux aux militants. "Il est plus que temps de se mettre à table pour former un gouvernement", a ajouté le Montois qui, avec le président du CD&V Joachim Coens, est attendu lundi chez le Roi pour lui faire rapport de leur mission d'information.

Le nouveau président des libéraux, qui a choisi le slogan macronien "en marche pour 2020", épouse aussi la focalisation du président français sur le combat contre les populistes. Ce sont eux les seuls vainqueurs du scrutin de mai dernier en Belgique, a-t-il dit en citant le PTB et le Vlaams Belang. Un autre Montois, le ministre-président wallon Elio Di Rupo, avait lui appelé jeudi à ne pas précipiter d'élections anticipées au risque d'une victoire annoncée des extrémistes. 

 

Vous me permettrez de réserver la primeur au roi

Une solution sera-t-elle présentée au Roi, ou une prolongation du mandat sera-t-elle demandée ? " Vous me permettrez de réserver la primeur au roi, parfois les impressions (qu’une solution n’est pas pour demain, NDR) peuvent être trompeuses. Mais ma volonté en tout cas, est pour aujourd’hui, demain et encore au-delà ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK