Georges Désir, ancien bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert et animateur TV est décédé

La RTBF a appris le décès de Georges Désir, à l'âge de 91 ans. Georges Désir avait été bourgmestre FDF de Woluwe-Saint-Lambert de 1976 à 2006. Lui a succédé Olivier Maingain qui fait part aujourd'hui de sa "tristesse".

Né le 25 avril 1925, Georges Désir était également connu des téléspectateurs de la RTBF, il avait produit et présenté la célèbre émission "Visa pour le monde" jusqu'en 1977, année où il a été élu député à la Chambre. Georges Désir était encore conseiller communal à Woluwe-Saint-Lambert, il avait réélu lors des élections de 2012 en récoltant 956 voix, le sixième score de la liste du bourgmestre.

Député et ministre

Georges Désir, originaire d'Ans (Liège), né dans une famille pauvre, s'est fait tout seul. Il a également siégé sur les bancs du Sénat entre 1978 et 1985 et en 1988. Il fut également ministre du Logement et de l'Environnement en 1989, à la création de la Région de Bruxelles-Capitale, dans le gouvernement Picqué I. Lui a succédé à ce poste Didier Gosuin (DéFI), en décembre 1991. Georges Désir s'est ensuite quasi exclusivement concentré sur la gestion de sa commune. D'ailleurs, en 1994, il déclarait que sa victoire aux élections communales de 1976 constituait un formidable souvenir politique. "Une victoire que l'on n'attendait pas, à savoir la majorité absolue au conseil communal, dans un fief traditionnel du PSC-CVP", précisait Georges Désir dans une interview au Soir. Longtemps, Georges Désir a été le doyen des bourgmestres des 19 communes bruxelloises, après le décès de Guy Cudell (Saint-Josse).

En 1944, pendant la guerre et alors qu'il étude les lettres à l'Université de Liège, il décidé de s'engager comme soldat dans une unité américaine. Il était décrit comme un "amoureux immodéré de la liberté", "un humaniste", "un véritable citoyen du monde antiraciste". Ce qui l'a certainement poussé à embrasser une carrière de journaliste. Après la guerre, il entre à l'INR (ex-RTBF). Il travaille pour la radio, à Liège. Lorsqu'il monte à Bruxelles, il passe de la radio à la télé et anime des émissions culturelles avant de lancer son bébé "Visa pour le monde". Le programme deviendra aussi célèbre que sa moustache. 

Il sera aussi à l'origine du programme de sensibilisation à la sécurité routière "Contact", une émission toujours à l'antenne en 2016.

Jusqu'à 9000 voix en 1988

Il se lancera en politique et dans le combat francophone en 1970. Cette année-là, il devient conseiller communal à Woluwe-Saint-Lambert, commune qu'il a découvert un peu par hasard. En fait, journaliste à la RTB dont le siège vient de s'installer à Schaerbeek, son arrivée à Woluwe est d'abord une question de proximité avec son lieu de travail. Georges Désir façonnera Woluwe-Saint-Lambert à son image, diront certains, en créant un centre culturel devenu plus tard le Wolubilis, en urbanisant le Val d'Or, en faisant la promotion du sport avec la piscine et la patinoire du Poséidon (certes créés avant son mayorat)... A Woluwe-Saint-Lambert, ses détracteurs lui trouveront des défauts et un penchant pour la mauvaise foi. L'opposant de toujours Michel Lemaire (CDH et ex-PSC) le qualifiait même de "beau parleur". Mais tous reconnaissaient son approche de terrain et son contact facile avec la population. Au meilleur de sa forme politique, Georges Désir parvenait à récolter jusqu'à 9000 voix, comme en 1988. Énorme pour une commune qui comptait alors moins de 50 000 habitants. Des habitants qui voulaient aussi être de ses invités à son traditionnel bal annuel où il s'affichait tout en blanc.

Grand-père de Caroline Désir

Georges Désir a eu une fille Corinne, active au sein du FDF de Saint-Gilles au début des années 2000 et une petite-fille, Caroline, actuelle échevine PS à Ixelles et députée bruxelloise. 

Georges Désir, dont la santé déclinait ces derniers mois, avait été fortement affecté par le décès de son épouse, Simone Dutron, survenu en mai dernier.

Le MR de Woluwe-Saint-Lambert, dans l'opposition, a réagi au décès. "Le MR de Woluwe-Saint-Lambert tient à saluer l'action politique de Georges Désir, son parcours, ses réalisations et son engagement extraordinaires en faveur de notre commune", indique Henry de Harenne, président de la section MR. "Il fut un excellent bourgmestre, avec lequel nous sommes heureux et fiers d'avoir collaboré pendant ses trois décennies d'un mayorat remarquable. Ces dernières années, nos conseillers communaux ont eu la chance de continuer à le côtoyer au sein du conseil communal, dont il était membre jusqu'à ce jour. Son nom restera évidemment gravé comme celui de l'un des plus illustres visages et bourgmestres de l'histoire de notre commune."

Danielle Caron, ex-échevine FDF sous le mayorat de Georges Désir, passée depuis au MR, se déclare "très touchée" par le décès de l'ancien bourgmestre. "Son réel engagement culturel au sein de la commune, sa présence extraordinaire, sa disponibilité et son magnifique parcours, à la télévision et en politique, font partie de tous les merveilleux souvenirs que ce très bon bourgmestre a laissés à ceux qui ont eu la chance de le côtoyer et que notre commune a eu la chance d'avoir."

La RTBF, de son côté, présente également ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Georges Désir.

La Trois rend hommage à Georges Désir ce vendredi 14 octobre à 11h30 et à 23h40, et nous propose de revoir l'émission " Les copains d'alors " à laquelle il avait participé en 1992.

Une cérémonie d'hommage

Le 17 octobre devrait avoir lieu les funérailles de Georges Désir ainsi qu'une cérémonie d'hommage. Organisée par la commune, elle doit se tenir au Wolubilis, le centre culturel voulu par l'ancien mayeur. "Un livre de condoléances est à la disposition des habitants qui souhaitent rendre hommage à notre ancien bourgmestre", annonce la commune. Celui-ci sera disposé dans le hall de l’hôtel communal aux heures d'ouverture habituelles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK