Génocide arménien: exclue du cdH, Mahinur Ozdemir se dit "sereine"

Génocide arménien: la députée bruxelloise Mahinur Ozdemir a été exclue du cdH
Génocide arménien: la députée bruxelloise Mahinur Ozdemir a été exclue du cdH - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le parti humaniste a demandé ce vendredi à la députée Mahinur Ozdemir de remettre ses mandats de députée régionale et de conseillère communale, à cause de son refus de reconnaître le génocide arménien. Le président du cdH a déclaré, ce vendredi soir, à la RTBF qu'il aimerait "que ce soit la même chose dans les autres partis". De son côté, l'intéressée a fait savoir par communiqué qu'elle restait "sereine, malgré une exclusion injustifiée".

La députée régionale bruxelloise Mahinur Ozdemir a été exclue ce vendredi par son parti, le cdH. C'est plus précisément le comité de déontologie, d'éthique et d'arbitrage du parti qui a pris cette décision, après avoir reçu la députée.

Le parti lui reprochait son attitude lors d'un reportage réalisé par la chaîne privée RTL, jeudi. "Madame Ozdemir a refusé de reconnaître le génocide arménien, ce qui est contraire aux valeurs défendues par le cdH. La reconnaissance d’un génocide ne supporte pas une attitude ambiguë et réclame une totale clarté", précise le cdH dans un communiqué, avant d'ajouter que la députée "ne partage pas cet engagement fondamental du cdH".

Le président du parti centriste, Benoît Lutgen, s'était engagé à être inflexible sur cette question: "S'il y a un négationniste au sein du cdH, il est dehors dans la seconde", avait-il déclaré sur nos antennes. Invité d'Arnaud Ruyssen dans Soir Première ce vendredi, le Bastognard s'est davantage expliqué sur cette exclusion. Il lance également un appel aux autres partis pour qu'ils fassent la même chose :

Ce n'est pas la première fois que l'élue cdH fait l'objet de critiques quant à son attitude face au génocide arménien. Elle avait fait l'objet d'une plainte auprès du Centre pour l'égalité des chances en 2009, suite à des propos qualifiés par les plaignants de négationnistes. Plainte qui n'avait pas abouti.

Mahinur Ozdemir "sereine, malgré une exclusion injustifiée" reste résolument négationniste

La députée a réagi par voie de communiqué à cette sanction. Un communiqué dans lequel elle confirme son refus de reconnaître le fait historique qu'est le génocide arménien. "Ma position a toujours consisté à reconnaître toutes les tragédies humaines et je respecte la mémoire de toutes les personnes qui ont perdues la vie", y explique-t-elle en n'utilisant délibérément pas le terme "génocide".

Elle s'en explique d'ailleurs plus loin en rappelant que le gouvernement belge lui-même (et donc la Belgique), n'a, lui-même pas encore reconnu explicitement le génocide arménien. "Pour ceux qui s'enferment dans le débat sur la terminologie, je les invite à relire les propos de notre Ministre des Affaires Etrangères (Didier Reynders, MR) qui a rappelé la position de la Belgique lors d'une séance à la Chambre au mois d'avril 2015: 'Il ne nous parait pas opportun que d'autres instances se substituent au pouvoir judiciaire sur le terme génocide'. A quoi rime donc cet acharnement sélectif?", interroge-t-elle.

"Dans l'attente d'un heureux événement dans les prochaines semaines, je garde ma sérénité et je remercie les nombreuses personnes qui m'ont témoignées de leur soutien face à cette exclusion injustifiée", conclut-elle.

Le parcours d'une jeune députée

Cette jeune femme de 32 ans défraye la chronique politique régionale depuis sa première élection en 2009. Elle porte en effet le hijab, le foulard islamique, une première pour une élue belge.

Mahinur Ozdemir est titulaire d'un master en sciences politiques de l'ULB. Elle est totalement inconnue quand elle réussit à se faire élire députée régionale sur la liste cdH en 2009.

Sur ses photos de campagne, la jeune femme d'origine turque, née à Schaerbeek, porte le voile. Certains clichés sont alors recadrés par le parti. Lors de sa prestation de serment en tant que députée bruxelloise, Mahinur Ozdemir entre donc dans l'histoire politique en tant que première élue portant le voile dans une assemblée belge.

L'année suivante, en 2010, elle se marie en Turquie avec un attaché parlementaire du parti islamo-conservateur AKP au pouvoir. Le Premier ministre de l'époque, Recep Erdogan, assiste à la cérémonie. En 2012, Mahinur Ozdemir fait un excellent score aux élections communales. De la quatrième place sur la liste cdH, elle rassemble 1135 voix, le meilleur score de tous les candidats.

Elle ne deviendra pourtant pas échevine, vraisemblablement à cause de son port du foulard.

Machine électorale, Mahinur Ozdemir obtient 3098 voix aux élections régionales de 2014, le 5e score de la liste. Son exclusion du parti représente donc une perte pour les démocrates-humanistes sur le plan électoral.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir