Geert Bourgeois, N-VA : "Une formule à 9, c'est trop"

Geert Bourgeois
Geert Bourgeois - © Geert Bourgeois

Le vice-président du gouvernement flamand Geert Bourgeois affirme à la RTBF que la N-VA ne veut pas qu'on retourne aux urnes. Pour lui, une coalition gouvernementale à neuf partis n'est pas possible. Alors que Didier Reynders prépare le rapport qu'il rendra au roi mardi, Geert Bourgeois rappelle que Bart De Wever est prêt à prendre ses responsabilités.

Interrogé par Thomas Gadisseux, le ministre flamand N-VA des Affaires intérieures Geert Bourgeois, répète que les trois bourgmestres de Linkebeek, Crainhem et Wezembeek-Oppem ne seront jamais nommés : "Ce n’est pas possible. Il y a la loi et ils ne veulent pas accepter la loi". Didier Reynders avait évoqué cette nomination comme faisant partie de la négociation communautaire. Geert Bourgeois désapprouve cette prise de position de l’ex-président du MR: "Ce n’est pas bon de faire des déclarations publiques sur des thèmes très sensibles, maintenant il doit chercher une solution".

"Le MR devra montrer ce qu’il veut"

Geert Bourgeois admet que la négociation est particulièrement ardue depuis l’arrivée du MR à la table : "La formule à sept n’a pas marché, maintenant on cherche une solution à neuf partis avec les libéraux. C’est clair que sur des points tels que la périphérie ou BHV, le MR devra montrer ce qu’il veut". Maintenant cela ne veut pas dire que ce sera impossible, concède Geert Bourgeois : "Avant qu’il ne soit nommé par le roi, Didier Reynders a fait des déclarations très ouvertes de manière à trouver des solutions. J’espère qu’il va continuer à adopter cette attitude".

Pour Geert Bourgeois, après 259 jours de crise politique "il est temps d’atterrir. Les partis ont des contacts discrets entre eux, tout le monde sait que c’est la dernière possibilité de trouver une solution. Ou bien on se retrouve autour de la table, ou bien il n’y a pas de solution et alors il y a des élections ou encore une autre formule". La N-VA ne demande pas les élections, précise Geert Bourgeois, "mais dans une démocratie le mot ultime appartient aux électeurs. Les partis ont eu un mandat des électeurs, qu’ils trouvent une solution. Au début, on avait l’impression que les deux grands partis (gagnants, la N-VA et le PS, ndlr) se trouveraient, il y avait de bons contacts entre Bart De Wever et Elio Di Rupo. Après cela a évolué de plus en plus mal".

"Bart De Wever est prêt"

Sans vouloir anticiper sur le rapport que Didier Reynders remettra au roi le 1er mars, Geert Bourgeois tient à rappeler que la N-VA "n’a jamais refusé de prendre ses responsabilités. Bart De Wever est prêt" à prendre les commandes.

Le président de Groen ! Wouter Van Besien, est virulent envers la N-VA ce dimanche, imputant l’impasse politique actuelle au parti nationaliste, qu’il accuse de manquer totalement de préparation. Geert Bourgeois ne comprend pas : "On a l’impression que Groen ! veut à tout prix être dans le gouvernement, mais il attaque dans la presse la N-VA et le CD&V". Quant à savoir si les Verts doivent sortir de la négociation, Geert Bourgeois déclare : "La formule à sept n’a pas marché, neuf c’est trop dans une démocratie normale. On va voir qui va sortir de la table". Une coalition gouvernementale à neuf, "peut-être sans opposition du côté francophone, ça ne marche pas et ce n’est pas idéal du point de vue démocratique".

"La N-VA accepte la critique"

La N-VA a décidé de boycotter certains médias francophones, dont le quotidien français Libération. Geert Bourgeois affirme que la N-VA "accepte la critique, mais demande qu’on décrive de manière objective ce qu’est notre parti et ce qu’il veut, qu’on dise qu’il est démocrate et pas exclusivement nationaliste, qu’il n’est pas pour un nationaliste ethnique mais pour un nationalisme civil. Je suis au premier rang pour défendre la liberté d’expression. J’ai été coauteur, avec Monsieur Maingain, du projet de loi sur le droit au secret des sources des journalistes. Il y a trop de caricatures et on ne fait pas l’exercice de vraiment connaître les problèmes", regrette-t-il.

A.L. avec T. Gadisseux

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK