Fusion des communes: mode d'emploi

C'est un débat qui revient à une fréquence plus ou moins régulière. Plusieurs communes s'apprêtent d'ailleurs à fusionner en Flandre. En Wallonie par contre, le phénomène se fait plus discret. Et il y a une raison, elle est financière.

Mais tout d'abord, qui décide de fusionner des communes? Cela se déroule sur base volontaire. Les communes négocient entre elles puis en réfèrent à la Région. Autant le dire tout de suite, il y a des différences entre le Nord et le Sud du pays. En Flandre, une douzaine de communes ont déjà annoncé leur volonté de fusionner avec leur voisine d’ici 2018. Cela entrera en vigueur suite aux prochaines élections communales. Mais en Wallonie, on semble beaucoup plus frileux. Ce n'est pas une priorité politique et rien ne devrait aboutir sous cette législature.

Comment l'expliquer? La Flandre a mis en place des incitants financiers conséquents: taxes communales abaissées pour les habitants de la commune "absorbée" et un allègement de la dette de 500 euros par habitant pour les deux communes fusionnées. A Bruxelles, par contre, s'il ressurgit par bribe de temps à autre, le débat reste fermé. On n’a encore jamais touché aux 19 communes. Et ce, même lors du changement historique du 1er janvier 1977, où l’on est passé de 2739 communes à moins de 600 aujourd’hui.

L'intérêt de fusionner

Fusionner deux communes induit un effet de taille. Cela permet forcement de devenir plus importante. Mais cela permet également de faire des économies puisque forcement on réduit le nombre d'infrastructures et de services actuels. Des freins existent cependant. Ils sont d'abord d'ordre affectifs. En effet, le sentiment d'appartenance à une commune, sa commune peut être très présent au sein de la population. Et puis, il y a un frein politique. Qui dit réduction des communes dit aussi réduction du personnel politique et des bourgmestres. Alors que la fusion de commune se déroule sur base volontaire, on comprendra alors aisément pourquoi le débat est de temps à autre rangé au placard. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK