Fusillade à Liège: le congé pénitentiaire a été décidé sans savoir que l'auteur s'était radicalisé

Interrogé au parlement sur la fusillade qui a fait trois morts et quatre blessés mardi à Liège, le Premier ministre Charles Michel (MR) a reconnu que si deux rapports de la Sûreté de l'État avaient mentionné le nom de l'auteur dans un dossier de radicalisme, ces rapports n'avaient pas été transmis aux personnes qui ont pris la décision libérer Benjamin Herman, l'Ocam et le Celex (Cellule extrémisme) n'ayant pas jugé utile de le qualifier comme "radicalisé".  

Dans ces dossiers, l'auteur de la fusillade était cité de manière "indirecte", a précisé Charles Michel, "puisque ces rapport portaient sur d'autres personnes et d'autres situations à titre principal".  

Pour le reste, le Premier ministre a appelé à l'unité pour agir et s'est engagé à tout mettre en oeuvre pour faire la lumière sur ce qui s'est passé et venir en aide aux victimes.

Il a aussi insisté sur le fait que les policiers devaient être "soutenus, encouragés et respectés"

"La responsabilité qui est la nôtre est de transformer tout ça pour faire en sorte que notre société démocratique soit plus forte que toutes les formes de barbaries", a-t-il encore ajouté. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK