Frank Vandenbroucke sur la vaccination obligatoire du personnel soignant : "Il faut franchir une nouvelle étape"

Frank Vandenbroucke (Vooruit), le ministre fédéral de la Santé, était ce mardi l’invité du journal télévisé de 19h30. Interrogé sur l’obligation vaccinale chez les personnels de soins de santé, il a confirmé des propos tenus la veille au micro de la VRT.

Selon lui, "il faut franchir une nouvelle étape" et envisager la vaccination obligatoire du personnel médical contre le Covid-19.

"La première étape était d’informer, de sensibiliser, de convaincre sur base volontaire. Ça a bien marché, mais pas partout et pas suffisamment", a-t-il déclaré.


►►► À lire aussi : Le secteur des soins de santé réagit au souhait du ministre Vandenbroucke d’y imposer la vaccination contre le Covid


"La deuxième étape est une étape de transparence. Nous invitons les établissements de soins à rendre public, sur base volontaire d’abord, le taux de vaccination de leur personnel", a-t-il ajouté. Selon lui, ces chiffres seraient "une publicité qui peut créer un incitant pour faire mieux".

Ensuite, Frank Vandenbroucke se dit "prêt à lancer un débat sur le fait que la vaccination, pour quelqu’un qui travaille dans les soins de santé, c’est un devoir". Le ministre fait valoir l’importance de "la protection de soi-même et des patients".

Concertation sociale… et sanctions ?

Il poursuit : "J’ai un peu un malaise quand j’entends des professionnels de la santé qui nient une évidence scientifique. Les vaccins sont sûrs, efficaces, ils protègent les patients et les prestataires de soins."

Dans ce contexte, conclut le ministre de la Santé, "nous avons demandé aux employeurs et aux syndicats du personnel de se concerter et de nous donner un avis sur la façon de réaliser cette obligation".

Avec des sanctions à la clef ? "C’est la question qui doit être débattue entre partenaires sociaux, ce n’est pas décidé", tempère Frank Vandenbroucke qui "veut procéder sur base d’une vraie concertation sociale".

►►► À lire aussi : Quasi tous les patients hospitalisés sont partiellement ou pas du tout vaccinés

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK