Frank Vandenbroucke, le nouveau visage du ministre de la Santé

Beaucoup ont découvert ou redécouvert mardi lors de la conférence de presse qui a suivi le Comité de concertation Frank Vandenbroucke. L'homme est brillant, sérieux, réfléchi et se veut pédagogue. La preuve : pour faire passer le message et son explication, Frank Vandenbroucke a, à plusieurs reprises, cité, martelé le chiffre quatre, qui est devenu le chiffre-clé pour les contacts sociaux des prochaines semaines.

A 64 ans, Frank Vandenbroucke n'a plus rien à prouver sauf peut-être, dans un paysage politique agité et dans un contexte difficile, à obtenir une nouvelle forme de reconnaissance. L'homme, en tout cas, ne manque pas d'expérience. Il a déjà eu plusieurs vies et son parcours est tout sauf linéaire.

Député à 29 ans

En 1985, il est déjà député. En 1989, il prend la présidence du parti socialiste flamand. Et en 1994, il devient vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Une ascension phénoménale. Mais voilà, Frank Vandenbroucke est rattrapé par l'affaire Agusta. Comme président, il avait découvert dans la comptabilité du parti six millions de francs, de l'argent noir qu'il a demandé de "brûler". Quelques mois à peine après son arrivée au gouvernement fédéral, cinq mois et douze jours pour être précis, il doit du coup démissionner.

Un grand retour en 1999

Frank Vandenbroucke revient alors comme ministre des Affaires sociales et des Pensions. Un portefeuille ministériel fait pour lui. Après sa démission en 1995, il a rapidement quitté la vie politique pour faire une thèse de doctorat à Oxford sur "L'Etat social actif." Redevenu ministre, Frank Vandenbroucke veut convaincre et changer les choses. Trop pour ses adversaires mais aussi parfois pour ses partenaires. Avec cette anecdote souvent racontée: "Lorsque vous n'êtes pas d'accord avec lui, il vous réexplique sa position, pensant que vous ne l'avez pas comprise".


►►► A lire aussi: Nous avons enfin un ministre de la santé


Frank Vandenbroucke fait alors partie de la "Dream Team" du sp.a avec Johan Vande Lanotte, Steve Stevaert et Patrick Janssens. Des profils très différents et complémentaires. Et à l'époque, le sp.a cartonne. Il est bien au-dessus des 20%.

Dans le deuxième gouvernement Verhofstadt, en 2003, il n'hérite plus des Affaires sociales mais de l'Emploi et des Pensions. Et un an plus tard, Frank Vandenbroucke choisit la vie politique flamande et devient ministre flamand de l'Enseignement.

Il quitte la vie politique en 2011

A partir de 2009, Frank Vandenbroucke n'est plus ministre. Et il décide de se projeter un maximum dans sa deuxième grande passion: l'enseignement universitaire. Il va enseigner à l'université d'Amsterdam, à celle d'Anvers et d'abord et surtout à la KULeuven, son université de formation.

Parallèlement, il devient un expert des pensions. Il sera membre de la Commission de réforme des pensions et ensuite, président du Conseil académique de la réforme des pensions. Mais pour lui, pas question de passer en force dans un tel domaine hautement sensible : "La problématique des pensions concerne l'ensemble de la société. La réponse doit être organisée collectivement avec les syndicats, le patronat, les classes moyennes etc..."

Il redevient ministre à la surprise générale

Sa désignation, à nouveau, il y a une semaine comme ministre des Affaires sociales et de la Santé est la surprise du chef, du nouveau président du sp.a, Conner Rousseau. Personne ne s'y attendait côté flamand et dans les rangs socialistes. Dans le nouveau gouvernement De Croo, il est le plus âgé. Frank Vandenbroucke a connu Jean-Luc Dehaene et Guy Verhostadt comme Premier ministre. Des époques très différentes.

Mais en homme prudent et réfléchi, Frank Vandenbroucke n'a jamais fermé aucune porte. En 2011, lors de son départ, il explique: "Je quitte la politique mais je reste membre du sp.a et mon parti pourra me consulter quand il en éprouvera le besoin." Et de rajouter alors, et cette phrase prend tout son sens aujourd'hui: "Je n'ai pas l'intention de revenir mais il ne faut jamais dire jamais."

Matin Première

Franck Vandenbroucke était l'invité de Matin Première ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK