France : une pétition pour débaptiser l'avenue Léopold II à Paris

Manifestation en 2012 devant la statue de Léopold II, vu comme un symbole du colonialisme de la Belgique au Congo
Manifestation en 2012 devant la statue de Léopold II, vu comme un symbole du colonialisme de la Belgique au Congo - © Archive VIRGINIE LEFOUR - BELGA

L'éditeur et écrivain français Marc Wiltz a lancé une pétition pour débaptiser l'avenue Leopold II à Paris, le souverain étant responsable, selon lui, de quelque dix millions de morts au Congo, son ex-propriété personnelle, en raison de "sa soif d'argent", rapporte l'hebdomadaire 'Jeune Afrique' sur son site internet.

"Sous les coups de chicotte et de machette - on économisait les balles, entre 1885 et 1909 - ils sont innombrables les Congolais qui périrent pour enrichir la couronne de Belgique. Jamais assez d'ivoire, jamais assez de caoutchouc ! Les fonctionnaires n'hésitaient pas à trancher les mains et les oreilles, à exploiter jusqu'à la mort une force de travail à qui l'on ne reconnaissait aucune existence", écrit l'hebdomadaire.

"Il pleut des mains sur le Congo"

Marc Wiltz est l'auteur d'un implacable réquisitoire contre l'action de Léopold II au Congo, intitulé "Il pleut des mains sur le Congo" dans une allusion aux pratiques imputées à la période 1885-1909, quand l’État indépendant du Congo (EIC) était une propriété privée du roi des Belges, avant qu'il ne le cède à la Belgique.

Il s'est adressé au président français François Hollande, à la maire de Paris, Anne Hidalgo, et au maire du 16ème arrondissement, Claude Goasguen, pour leur demander que l'avenue portant le nom du souverain belge soit débaptisée. "Par simple respect pour les dix millions de victimes d'un roi mégalomane", précise 'Jeune Afrique'.

Des historiens contestent toutefois régulièrement ce bilan.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK