Forte hausse des incivilités dans et autour des stades de football

La loi football, qui concerne les comportements inadéquats commis dans le contexte d'un match de foot et les attitudes troublant l'ordre public ou la sécurité autour d'une rencontre, a fait l'objet d'un débat en Commission Intérieur de la Chambre ce mardi matin.

La directrice de la Cellule football a présenté de nouveaux chiffres concernant les procès verbaux établis pendant l'année 2015. Et la tendance n'est pas très bonne :  Cathy Van den Berghe évoque une "forte augmentation des chiffres" avec 1500 PV rédigés, 1330 décisions rendues (il y a un délai de 6 mois), 495 000 euros d'amendes et 9600 mois d'interdiction de stade concernant entre 700 et 800 personnes.

Des chiffres en hausse constantes depuis 2013, mais il serait incorrect d'en conclure que le hooliganisme est en hausse. L'augmentation des PV s'explique par une forte hausse des incivilités : insultes, crachats, doigts d'honneur.

Les clubs en charge ?

Pierre François, le patron de la Pro League (et ancien dirigeant du Standard de Liège), propose que les clubs déchargent la cellule football de la gestion des incivilités.

Pouvoir interdire l'accès au stade à des supporters turbulents, c'est possible selon Pierre François. "Les faits de hooliganisme doivent rester du domaine de la loi football. (...) Recevoir un PV quand un supporter dérape, c'est un choc. Mais je vous assure que lorsqu'on reçoit un supporter, un supporter avec un tatouage du club, et qu'on doit l'enguirlander et lui prendre son abonnement pour un mois, c'est très difficile pour le supporter".

Par ailleurs, Pierre François estime qu'après les attentats du mois de mars, il a été démontré qu'on pouvait organiser des matchs sans l'appui de la police fédérale. Le patron de la Pro League demande qu'on modifie le statut des stewards, pour qu'on puisse en engager plus, et ainsi assurer une "sécurité conviviale". La balle est dans le camp du politique à présent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK