Un "master" pour tous les enseignants, formation rallongée, test de français, décloisonnement: voici tout ce qui change

Une classe de primaire
Une classe de primaire - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La formation des futurs enseignants va être allongée, et modifiée. Le projet de décret du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été déposé cette semaine au Parlement, qui devrait l'examiner dans les prochaines semaines en vue de son adoption.

Voici les principaux changements proposés:

Un master en enseignement pour tous les enseignants, des maternelles à la sixième secondaire, de minimum 4 ans (pour enseigner jusqu'à la troisième secondaire) ou 5 ans (pour enseigner jusqu'à la sixième secondaire)

Décloisonnement des fonctions. Cette réforme va impliquer un décloisonnement par rapport à la situation actuelle : des enseignants auront accès à davantage de classes. Pour fonder cette idée, le texte propose aussi une formation commune. Le décret crée en effet quatre sections:

  • Section 1 : de l'enseignement maternel jusqu'à la deuxième primaire. Nouveauté: les instituteurs maternels pourront donner cours jusqu'en deuxième.
  • Section 2 : troisième maternelle jusqu'en sixième primaire, sauf si l'enseignant choisit une année de formation supplémentaire. Il pourra alors enseigner jusqu'en deuxième secondaire.
  • Section 3 : de la cinquième primaire jusqu'à la troisième secondaire.
  • Section 4 : pour la troisième à la sixième secondaire.

Allongement des études et accès à l'agrégation pour d'autres masters: Pour les sections 1, 2 et 3, le projet de décret organise une formation de 4 ans (240 crédits) en deux cycles conduisant à un master en Enseignement et donnant accès à une cinquième année facultative sous la forme de masters de spécialisation en Enseignement (60 crédits).
Pour la section 4, le projet de décret organise une formation de 5 ans en deux cycles conduisant à un master en Enseignement (300 crédits), mais aussi un master en Enseignement agrégé de l’enseignement section 4, accessible aux détenteurs des masters dont le contenu est compatible avec le métier d’enseignement (60 crédits).

Une formation qui se spécialise avec les années: l'idée est celle d'une spécialisation disciplinaire croissante des sections. Ainsi, les sections 1 et 2, préparent à enseigner toutes les disciplines, la section 3 prépare à enseigner une famille de disciplines, tandis que la section 4 prépare, dans la majorité des cas, à enseigner une seule discipline dans laquelle le futur enseignant a acquis des connaissances pointues.

Test diagnostic de maîtrise du français: l’accès à la formation d’enseignant sera désormais soumis à la présentation d’un test diagnostic de maîtrise du français. Les résultats de ce test diagnostic ne pourront pas empêcher un étudiant de s’engager dans le parcours de formation. Mais il sera contraint à des cours de remédiation.

Un renforcement de la formation... des formateurs d'enseignants: un master de spécialisation en formation d’enseignants sera requis pour les enseignants des Hautes Ecoles qui aborderont les matières liées à la didactique, à la pédagogie et à la formation à et par la pratique.
Dorénavant, l’accès au master de spécialisation en formation d’enseignants sera ouvert aux enseignants de toutes les sections, formés en 5 ans. Ceux-ci pourront ainsi mettre leur expérience de terrain au service de la formation des futurs enseignants.

Une réforme de la formation financée: l’allongement de la formation initiale des enseignants sera accompagné d’une augmentation du financement des Universités et des Hautes écoles. Cette augmentation est nécessaire pour maintenir la stabilité du financement par étudiant dans le contexte budgétaire contraignant en "enveloppe fermée" des Universités et des Hautes Écoles. Au total, la réforme devrait donc représenter une augmentation du financement à l’horizon 2024, estimée entre 36 et 40 millions d’euros

Un barème revalorisé pour les nouveaux formés: Le décret prévoit aussi la création d'un barème intermédiaire pour les enseignants formés en 4 ans et la réalisation, chaque année, à partir de 2024, d'un rapport afin d'estimer l'évolution de la masse salariale des enseignants en pourcentage des recettes de la Communauté française.

Le décret devrait passer dans quelques semaines devant le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Et, si tout va bien, il sera appliqué dès la rentrée 2020. Avec, donc, les premiers profs nouvelle version pour 2024. Mais cela impliquerait aussi de renforcer la formation des formateurs des futurs enseignants le plus rapidement possible en mettant en place la formation conduisant au master de spécialisation en formation d’enseignants dès septembre 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK