Formation: il y a urgence à boucler un budget

Euro belge avec l'atomium
Euro belge avec l'atomium - © BENOIT DOPPAGNE (belga)

Tout le monde le dit, il y a urgence. Le Premier ministre en affaires courantes, Yves Leterme, l'a encore rappelé ce week-end sur les plateaux de télévision: il faut que le budget soit voté pour le 31 décembre à minuit.

Il faut accélérer car la Commission européenne nous tient à l'oeil. Elle commencera à examiner notre trajectoire budgétaire cette semaine. Yves Letereme le rappelait : notre pays est toujours concerné par la procédure européenne pour déficit excessif. Pour lui, tout doit être bouclé le 31 décembre.

Si on veut tenir le délai, c'est une évidence, il faut accélérer la cadence. Faute d'un accord autour du 15 novembre au plus tard (fête de la Dynastie), il deviendra difficile pour le Parlement de voter le budget dans les délais. Soyons pratiques : il reste environ  dix jours pour conclure. Mais l'empressement n'est pas palpable. 

Ce week-end, seuls les experts ont travaillé. Les présidents de partis se retrouvent ce lundi autour du formateur mais aucune réunion plénière n'est encore prévue par la suite. Les négociateurs ont déjà mis du temps pour s'accorder sur l'effort à faire, 11,3 milliards d'euros à trouver. On ignore toujours quelle sera la part des Régions et Communautés dans l'effort. Certains évoquent quand même une accélération des travaux et un conclave budgétaire décisif en fin de semaine.

Le PS, en en tout cas, prend les devants à la veille de mesures impopulaires. Tous les parlementaires socialistes signent, ce lundi matin, une carte blanche dans Le Soir : notre coeur est dans la rue mais notre responsabilité est au gouvernement, disent-ils, une carte blanche qui s'adresse aux militants, aux électeurs mais aussi sans doute aux autres partis qui négocient le futur budget.

Anina Meeus

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK