Budget: l'effort devra être plus important, qui le fera ?

Elio Di Rupo
Elio Di Rupo - © JULIEN WARNAND (belga)

Les discussions budgétaires démarrent sur fond de polémique : quel effort va-t-on devoir faire, qui va devoir le faire ? Il faudra d'abord trancher ces questions avant de voir comment s'y prendre.

Le rapport du Conseil supérieur des finances, communiqué lundi, était censé apaiser les esprits. Il a, en fait, créé de nouveaux problèmes, d'abord parce qu'il annonce un effondrement de la croissance : le formateur tablait sur une croissance de 1,6, le Conseil supérieur des finances la réduit de moitié, 0,8. 

Ce ne sera pas nécessairement le chiffre retenu par les négociateurs mais l'effort sera de toute manière plus important que prévu, premier problème.

Cet effort, qui va le faire ?

On sait que les  libéraux voulaient une plus grande contribution des entités fédérées. Le Conseil supérieur avait été sollicité comme arbitre. Il recommande plus d'efforts au fédéral mais égratigne aussi la gestion des Régions, des Communautés et des pouvoirs locaux dont les finances dérapent.

Les trois ministres-présidents régionaux contestent en choeur les chiffres du Conseil supérieur des finances. Ils comptent adapter leurs budgets respectifs à la baisse de la croissance mais sans parler ouvertement d'un coup de pouce à l'Etat fédéral. Le débat budgétaire s'annonce tendu pour les présidents de partis qui se retrouvent à 13h autour du formateur.

 

Anina Meeus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK