Gouvernement flamand: l'obligation de vote supprimée pour les élections communales et provinciales

La Flandre a son accord de majorité
La Flandre a son accord de majorité - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le gouvernement Jambon 1er s’est trouvé un accord, 127 jours après les élections. Les grandes mesures décidées par N-VA, Open Vld et CD&V ont été présentées ce midi. A l’entame de la conférence de presse Jan Jambon a évoqué un accord fort et ambitieux : "Tout le monde devra se retrousser les manches. Nous mettons la barre haut pour tout le monde mais nous ferons en sorte que chacun puisse suivre". Voici un aperçu des priorités du futur gouvernement pour les 5 prochaines années.

Parmi les mesures qui ont déjà fait couler beaucoup d’encre, le gouvernement flamand confirme sa volonté de supprimer l’obligation de vote pour les élections communales et provinciales. Ailleurs dans le pays et pour les autres niveaux de pouvoir, le vote reste bien obligatoire. Le changement est donc de taille. Un système d’élection directe des bourgmestres, semblable au système wallon, sera également mis en place.

Un taux d’emploi de 80%

En matière d’emploi, la nouvelle coalition veut aider 120.000 Flamands à trouver un job et cela afin d’atteindre au taux d’emploi de 80%. Pour cela, le gouvernement mise sur un incitant financier qui prendra la forme d’une prime à l’emploi pour les bas salaires qui pourra s’élever à 600 euros nets par an. 350 millions d’euros seront débloqués chaque année pour cela. L’objectif affiché est de faire la différence entre les personnes qui travaillent et celles qui ne travaillent pas.

La Flandre va aussi renforcer l’activation des chômeurs. Les demandeurs d’emploi devront suivre un parcours d’accompagnement obligatoire dans les 3 mois. Après deux ans sans emploi, le demandeur d’emploi devra effectuer un "service obligatoire à la communauté".

Les votes Vlaams Belang ont laissé des traces

"Nous n’avons pas ignoré que le 26 mai était l’expression de beaucoup de malaise. La société est diverse et présente de nombreux défis. Nous allons exiger plus d’efforts de ceux qui rejoignent notre société. Les nouveaux arrivants qui s’intègrent avec succès ont alors toutes les chances", a expliqué Jan Jambon. Concernant l’immigration, les conditions d’accès aux avantages sociaux seront plus sévères pour les nouveaux arrivants que pour les personnes présentes depuis plus longtemps en Belgique. Par exemple, pour accéder à un logement social ou à la caisse de protection sociale flamande, il faudra attester de 10 ans de séjour, dont 5 en continu. Les candidats demandeurs d’asile ne pourront plus bénéficier des allocations familiales. Les exigences concernant la connaissance du néerlandais seront également plus élevées. Le parcours d’intégration deviendra obligatoire.

La Flandre compte se retirer d’Unia, le centre de lutte contre la discrimination et de promotion de l’égalité des chances. L’accord de majorité prévoit la création d’un équivalent flamand pour compenser ce retrait. On sait que ces dernières années, les relations entre la N-VA et Unia ont été tendues.

En matière de sécurité, un nouveau ministère va voir le jour, avec un ministre régional de la justice et de la répression. Il sera chargé d’élaborer une politique de répression "efficace et rentable".

Les objectifs environnementaux relevés

Sur l’environnement, les émissions de CO2 devraient diminuer de 80% d’ici 2050. Le gouvernement espère doubler la production d’énergie éolienne et solaire dans les 10 prochaines années. Pour ce qui est de la mobilité, le budget pour les pistes cyclables sera fortement augmenté, de près de 300 millions par an. L’accord prévoit encore d’augmenter la surface boisée et les réserves naturelles mais aussi de poursuivre l’élargissement des rings de Bruxelles et Anvers.

Pour ce qui est du budget, un point délicat de ces négociations, le gouvernement prévoit un retour à l’équilibre en 2021.

L’accord prévoit aussi une réforme de l’enseignement supérieur. Le gouvernement veut limiter la possibilité pour un étudiant de suivre des cours de différentes années (bac ou master) en même temps. A l’avenir, un étudiant devrait d’abord réussir la moitié des crédits pour lesquels il s’est inscrit avant de suivre les cours de l’année suivante.

Enfin, le gouvernement flamand investira 550 millions d’euros dans l’aide sociale.

Voilà pour l’accord de majorité flamand. Il devrait être approuvé prochainement par les instances N-VA, Open Vld et CD&V. La répartition des postes ministériels doit encore être décidée, selon les négociateurs. La déclaration de gouvernement est attendue pour mercredi. Plus de 4 mois après les élections du 26 mai, la Flandre est la dernière entité fédérée du pays à former une majorité.

Reportage et direct dans notre journal de la mi-journée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK