Formation flamande: de nombreux points délicats restent à trancher

Le formateur Jan Jambon
Le formateur Jan Jambon - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

En Flandre, N-VA, CD&V et Open VLD, les partis qui négocient la formation d'un gouvernement se sont retrouvés ce jeudi après-midi. Après 15 jours de discussions en groupes de travail, c'est la première réunion du genre des négociateurs en chef, de quoi laisser espérer la "dernière ligne droite".

Les premiers groupes de travail thématiques - budget, économie, agriculture, enseignement, citoyenneté, environnement - ont bien déblayé le terrain, et permis d'écrire une ébauche d'accord de gouvernement. Mais comme à chaque fois une série de points litigieux ont été laissés entre "parenthèses", entre "crochets", des nœuds à trancher à un niveau supérieur, d'où la première réunion du jour prévue avec les négociateurs en chef, et souvent présidents de partis, de la N-VA, CD&V et Open VLD.

"Les groupes de travail ont très bien progressé, mais il reste un certain nombre de pierres d'achoppement", a commenté le formateur Jan Jambon. "Il y a trois idéologies autour de la table..."

Des partis qui vont recevoir aussi une nouvelle épure budgétaire du Bureau du Plan, de quoi permettre de baliser les choix à venir. Sachant par exemple qu'il manquerait déjà 600 millions au budget 2019. De nombreux points restant à trancher, il y a donc encore pas mal de pain sur la planche d'ici le 23 septembre, jour de la déclaration de rentrée attendue devant le Parlement du nouveau ministre-président flamand. Un rendez-vous que Jan Jambon ne veut pas rater.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK