Formation fédérale : "L’objet de notre communiqué, c’est de dire que le temps presse et qu’il faut faire un choix", martèle Georges-Louis Bouchez

Les familles libérale et écologiste l’ont affirmé ce jeudi : il faut "faire un choix" dans les négociations fédérales. Les bleus et les verts n’apprécient pas particulièrement d’être "dressés les uns contre les autres", comme l’a rappelé le président du MR Georges-Louis Bouchez : "Il n’est pas question de faire des enchères à l’envers pour savoir qui va diminuer au maximum ses prétentions", a-t-il martelé au micro de la RTBF.

Selon lui, les réformateurs sont prêts à des "compromis", mais pas à des "compromissions dès le départ", car le pouvoir n’est pas leur principale préoccupation. "Le 16, rue de la Loi n’appartient pas au MR", rappelle Georges-Louis Bouchez, tout en défendant le travail de l’actuelle Première ministre Sophie Wilmès. Ce pays a besoin d’un gouvernement, on ne s’accroche pas, mais on est prêts à aller aux responsabilités."


►►► À lire aussi : Pour Maxime Prévot (cdH), "les libéraux et les écologistes doivent accepter une négociation"


Pour le chef des libéraux francophones, le MR n’a pas d’exclusive et souhaite travailler pour "relancer l’économie et permettre à nos concitoyens de garder leur bien-être". Mais pour cela, il faut agir vite, et ne pas se perdre en calculs politiques entre les différents partis. "Quand on est en mission, on a le devoir de convaincre, et il ne faut pas demander aux autres d’accepter dès le départ par principe", lance-t-il aux préformateurs, lui qui a déjà endossé un rôle de missionnaire deux fois ces derniers mois.

Georges-Louis Bouchez affirme que sa famille n’a pas de "tabou", mais qu’elle recherche "l’efficacité". "On peut régionaliser, mais il faut aussi envisager de refédéraliser si c’est plus efficace, rappelle-t-il. Nous voulons une Belgique forte, au service du citoyen, et pas multiplier les institutions, le nombre de ministres, et aussi rendre le modèle ingouvernable." Pourtant, s’il n’y a pas d’accord, l’hypothèse de nouvelles élections pourrait à nouveau pointer le bout de son nez. Georges-Louis Bouchez prophétise : "Quand il y a la volonté, il y a toujours un chemin."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK