Formation du gouvernement fédéral: PS et CD&V se renvoient la balle

Formation du gouvernement fédéral : PS et CD & V se renvoient la balle
Formation du gouvernement fédéral : PS et CD & V se renvoient la balle - © ERIC LALMAND - BELGA

La tenue d’une réunion secrète samedi soir entre les partis d’une éventuelle coalition arc-en-ciel qui regrouperait les socialistes, les libéraux et les écologistes, fait grincer des dents la N-VA et le CD&V. Les trois familles politiques étaient réunies autour de l’informateur Paul Magnette, ce qui n’a pas plu du tout ni à la N-VA ni au CD&V, alors que l’informateur doit rendre un nouveau rapport au Roi lundi prochain.


►►► A lire aussi : Paul Magnette mise tout sur le VLD, Bart de Wever aussi


Bart De Wever prêt à prendre l'initiative

Pour Bart De Wever, "Paul Magnette s’est autoproclamé formateur et les partis de l’arc-en-ciel l’ont suivi. Étant donné les exécrables propositions du PS dans les matières socio-économiques et en termes de migration, il me paraît étrange que les libéraux aient embrayé aussi rapidement". Bart De Wever qui se dit "prêt à prendre l’initiative pour donner forme à la politique dont la Belgique a besoin". Et on sait que pour la N-VA cela passe par le confédéralisme. 

Ce matin, Bart De Wever, à l'entame de la réunion de son parti, remet une nouvelle couche de pression sur l'Open Vld expliquant que désormais la confiance entre les directions de l'Open Vld et de la N-VA est rompue. Il ajoute ne pas comprendre que l'Open Vld ne suive pas la logique du gouvernement flamand dans le cadre de la formation d'un exécutif au fédéral. Le ministre-président flamand Jan Jambon s'est montré moins sévère, estimant qu'il n'y avait pas de "problème majeur" au sein du gouvernement régional. "Le gouvernement flamand est le flamand, le fédéral est le fédéral".

Koen Geens veut une mission conjointe PS-N-VA

Quant au CD& , il insiste pour que la coalition comporte la N-VA. Koen Geens, ministre de la Justice et négociateur CD&V demande même une mission conjointe de formation pour Paul Magnette et Bart De Wever. Il craint qu’un gouvernement arc-en-ciel ne détricote la politique menée par la Suédoise, ne s’attaque pas aux défis budgétaires ou encore n’avance pas dans une réforme de l’Etat. Enfin, il dénonce aussi l’envie d’aller toujours plus loin dans les questions éthiques.

Le parti socialiste réagit à cette poussée de fièvre et relance la balle dans le camp du 

CD&V

Ce matin, comme tous les lundis, le PS tenait un bureau. Cette poussée de fièvre, et les réactions des deux partis flamands étaient commentées. Pour Ahmed Laaouej, le chef de groupe PS à la Chambre, ces critiques du CD&V sont "étonnantes alors que le parti se dit constructif. La porte leur reste ouverte, à eux de voir s’ils peuvent se retrouver dans un projet d’avenir pour la Belgique sans confédéralisme ni séparatisme. On a une N-VA qui met la pression sur les autres partis néerlandophones en les traitant finalement de mauvais flamands. Nous verrons si le CD&V arrive à se libérer de cette pression et cesse d’être l’otage de la N-VA. Je crois que le CD&V vaut mieux que cela"

Pour Jean-Claude Marcourt, négociateur pour le PS "si le CD & V veut rallier le groupe qui est en place la porte reste ouverte, (d’ailleurs Paul Magnette et Koen Geens se parlent quasi quotidiennement), mais il est clair qu’il y a des choix à faire. Le CD&V aujourd’hui attend toujours son nouveau président, quand nous l’aurons, il sera sans doute plus aisé de tisser des ponts".

Alors un duo Magnette-De Wever dans la prochaine étape royale pour tenter d’avancer, comme le propose Koen Geens ? " Ce n’est pas du tout l’idée dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Paul Magnette a dit le pays a besoin que le parti socialiste montre qu’il y a des alternatives (à la N-VA), il le démontre aujourd’hui".

Prudence de l’Open VLD

Bureau de parti également ce matin pour l’Open VLD. Quasi aucun commentaire des participants. Alexander de Croo se contente, lui, de noter "que quand on nous invite, on vient et on écoute". Pour L'open VLD la note précédente de l'informateur Paul Magnette était "imbuvable". Le parti doit à présent débattre et évaluer les corrections apportées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK