Formation: cela patine encore et toujours sur le budget

Elio Di Rupo
Elio Di Rupo - © NICOLAS MAETERLINCK (belga)

Les négociateurs y travaillent d'arrache-pied mais on n'y est pas encore: le budget fédéral n'est toujours pas bouclé et on en est même encore très loin. Les négociateurs ont pourtant planché sur les différentes pistes tout le week-end.

Dimanche encore, ils se sont quittés vers 23h, après 11 heures de discussions mais, au final, pas de grands accords à annoncer.

Cela patine toujours, pour l'essentiel, entre libéraux et socialistes, avec du retard à la clé.

Et le duel continue, thèses contre thèses et divergences de vues à quasi tous les étages. Trois jours à examiner le volet "dépenses, dépenses primaires, mesures d'économies sur les administrations, ministères, entreprises publiques" et rien n'est vraiment tranché. Une contraction de 2 ou 5 ou 7% des frais de fonctionnement des administrations: désaccord, on reporte. Immuniser les départements justice, police, services de secours : oui, mais comment? Pas d'accord. Longue discussion dimanche sur la volonté des libéraux de voir les Régions, avec objectifs chiffrés dès 2012, assumer le paiement des pensions de leurs fonctionnaires, assuré actuellement par le Fédéral, divergences de vue notamment sur l'arriéré, on n'a guère progressé. Sur les titres-services, nouveau choc idéologique, pas d'avancées ni sur une hausse des tarifs, ni sur une décision de toucher ou non à leur déductibilité fiscale. Bref, ça discute, mais ça s'affronte avec des clivages entre partis variables selon les dossiers, mais souvent PS contre Open VLD, MR voire CD&V.

Elio Di Rupo écoute, note... On laisse beaucoup de choses de côté, entre crochets, alignant les propositions des uns et des autres, mais l'heure n'est pas encore au grand donnant=donnant. Le formateur attend d'avoir passé en revue tous les volets du budget pour lancer la grande négociation, pour donner l'occasion à chacun de trouver son bonheur dans l'accord final mais on est encore loin de parapher cet accord final, un négociateur avouant même qu'au rythme où vont les choses "on pourrait effectivement y passer encore le reste de la semaine".

Pourtant, le temps presse

L'Union européenne a demandé à la Belgique de voter son budget 2012 pour le 15 décembre, une échéance qui semble de plus en plus difficile à tenir.

Le Premier ministre Yves Leterme annonce ce lundi matin dans le Standaard qu'il sera difficile d'encore attendre longtemps un budget. Dans les prochains jours, son gouvernement devrait déposer son projet basé sur le système des douzièmes provisoires car il ne croit plus que budget 2012 pourra être voté avant la fin décembre.

Fabien Van Eeckhaut

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK