Ford Genk: les employés pour une baisse du temps de travail

RTBF
RTBF - © RTBF

Au sein de l'usine Ford Genk, 88% des employés et une proportion similaire d'ouvriers ont déclaré être prêts à passer à un système de baisse du temps de travail avec réduction de salaire.

Le règlement, qui sera d'application le 14 avril, prévoit que les employés restent à la maison entre deux et quatre jours par semaine, indique le délégué syndical Hubert Broux, de la CNE.

Comme le chômage temporaire n'était jusqu'ici pas encore possible pour les employés, la direction de Ford Genk cherchait d'autres manières de faire face à la baisse de la demande dans le secteur automobile. Elle a indiqué à la fin du mois dernier qu'outre les économies annoncées plus tôt, elle tenait à encore réduire ses dépenses de 15% par rapport aux structures de coût de l'an dernier.

Il a finalement été opté pour un système dans lequel les employés pourront décider eux-mêmes s'ils entrent ou non dans un processus de réduction du temps de travail accompagné d'une diminution du salaire.

Les 230 employés et 80 ouvriers se sont donc largement prononcés en faveur de ce système.

Chômage temporaire

Ford Genk recourt actuellement le plus possible au chômage temporaire pour les ouvriers afin de faire face à la baisse de la demande.

Aujourd'hui, Ford Genk assemble encore en moyenne 800 voitures par jour contre 1 346 l'an dernier. Neuf jours de chômage supplémentaires pour les ouvriers ont déjà été annoncés pour le mois d'avril.

Le système de réduction du temps de travail pour les employés sera d'application trois mois durant et pourra éventuellement être prolongé.

Si le gouvernement flamand approuve le dossier, un crédit de liaison sera prévu pour les employés et ouvriers assimilés, tout comme une indemnité versée par Ford. Les employés peuvent également choisir de prendre leurs jours de congé dans la période retenue, explique Hubert Broux.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK