Forcing du MR à Bruxelles, le duo PS-Ecolo l'envoie sur les roses

A nouveau en course en Wallonie, le MR aura encore tenté de s'inviter à Bruxelles.
A nouveau en course en Wallonie, le MR aura encore tenté de s'inviter à Bruxelles. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Qui n’essaie rien n’a rien. La débandade du Coquelicot (coalition minoritaire PS-Ecolo) en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles a remis le MR dans le jeu. Faute d’autres combattants, le duo PS-Ecolo s’est résigné à inviter le MR à la table de négociations. Les Bleus sont mathématiquement incontournables pour la formation d’un gouvernement à la région wallonne et en fédération Wallonie-Bruxelles, la tentation était donc forte de profiter de cette ouverture pour faire le forcing en région bruxelloise dont sont absents les libéraux francophones alors que les négociations vont bon train entre PS-Ecolo-Défi et One-Brussels, Groen ! et l'Open-Vld et qu’elles seraient même en passe d’atterrir.

C’est quoi ça ?

Selon nos informations, hier lors de la première rencontre "exploratoire" de la tripartite à Bruxelles, Charles Michel, négociateur pour le MR, a réclamé devant une assistance quelque peu médusée un ministère pour les Bleus à Bruxelles, au nom de la "symétrie" entre les différents niveaux de pouvoir. Les libéraux n’en démordent pas, ils l’ont d’ailleurs répété encore aujourd’hui face à la presse. "A l’image des discussions exploratoires entamées pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cela serait logique et témoignerait d’une cohérence politique", a encore affirmé Didier Reynders (MR), ministre des Affaires étrangères et de la Défense, à l’entame du conseil des ministres fédéral.

Il nous revient en tout cas que l’insistance libérale a fait l’objet d’une "réunion" discrète ce matin entre Ecolo et les socialistes. Ecolo pour le moins "étonné" a rapidement balayé la demande. Silencieux jusque-là, les Rouges sont à leur tour sortis du bois par la voix de Laurette Onkelinx, "négociatrice" et présidente de la fédération socialiste bruxelloise. "Je suis vraiment choquée par ce qui se passe. Bruxelles est une Région à part entière. Commencer à faire des déclarations comme si Bruxelles était une monnaie d’échange pour d’autres niveaux de pouvoir, comme si elle était un distributeur automatique de postes, c’est quoi ça ? ".

A bon entendeur donc ! A nouveau réuni cet après-midi à Bruxelles, sauf coup de théâtre, Elio Di Rupo – formateur et président du PS – devrait inviter poliment  Charles Michel à passer à autre chose et à se concentrer, par exemple, sur la Wallonie et la fédération Wallonie-Bruxelles.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK