Fonds libyens: l'avocat du prince Laurent juge l'attitude de Charles Michel inexacte "en droit et en fait"

Le prince Laurent
Le prince Laurent - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Me Laurent Arnauts, qui défend les intérêts du prince Laurent dans le litige opposant son client à l'Etat libyen, tient à dénoncer ce vendredi la réaction du Premier ministre Charles Michel au courrier par lequel le frère du roi Philippe demandait fin janvier au gouvernement belge d'intervenir en sa faveur afin qu'une des ses ASBL, la GSDT, récupère l'argent qu'elle avait investi en Libye, en 2008.

Le Premier ministre s'était retranché mercredi derrière l'état de droit et la séparation des pouvoirs pour justifier sa fin de non-recevoir à la demande princière d'intervention, une attitude qualifiée par Me Arnauts "d'inexacte en droit et en fait".

Le pouvoir judiciaire s'est déjà, en effet, prononcé de façon définitive en 2014 par un arrêt de la cour d'appel rendu rendu en faveur de GSDT, rappelle l'avocat du prince Laurent qui ajoute que "l'exécution de cette décision judiciaire met en jeu uniquement les compétences du pouvoir exécutif."

L'avocat conteste, enfin, toute velléité dans le chef de son client de se voir réserver un traitement de faveur.

"C'est exactement le contraire: il demande d'être traité à l'égal des autres citoyens, et que l'asbl qu'il a fondée soit soutenue comme les autres entreprises l'ont été (avec succès) à l'égard de l'Etat libyen", conclut l'homme de loi.

L'affaire des fonds libyens gelés et la réduction de la dotation du prince Laurent (12/02/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK