Foire musulmane: Tareq Al-Suwaidan interdit d'accès au territoire

Foire musulmane: Tareq Al-Suwaidan interdit d'accès au territoire
Foire musulmane: Tareq Al-Suwaidan interdit d'accès au territoire - © Tous droits réservés

Tareq Al-Suwaidan, prédicateur koweitien attendu à la Foire musulmane qui débute vendredi, sera interdit d'accès au territoire, annoncé le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Tareq

Considéré comme un "prédicateur de haine", Tareq Al-Suwaidan se verra refuser tout accès au territoire belge, selon une décision du gouvernement, confirmée par Frédéric Cauderlier, porte-parole du Premier ministre Charles Michel.

"Sur base du rapport de l’Office central d'analyse de la menace (OCAM), des multiples contacts pris entre les autorités, les administrations et les services de renseignements, Jan Jambon, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, a donné instruction à l’Office des Étrangers de prendre les dispositions nécessaires pour interdire l’accès au territoire et le séjour à Tareq Al-Suwaidan", indique le communiqué du ministère de l'Intérieur.

"Il pourrait y avoir une expulsion"

Le Premier Ministre Charles Michel et le Ministre Jan Jambon commentent cette décision : "C’était la seule décision à prendre. Ce prédicateur tient des propos antisémites inacceptables. Sa présence chez nous représente un danger pour l’ordre du public."

Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères a par ailleurs expliqué comment le gouvernement en est arrivé à prendre cette décision et sur ses conséquences : "Sur base d'un certain nombre d'associations, on a demandé à l'OCAM de vérifier la réalité des propos tenus par ce prédicateur au Koweït et, sur base du rapport de l'OCAM, la décision a été prise par le ministre de l'Intérieur d'interdire l'accès au territoire. Cette décision est évidemment aussi communiquée aux postes à l'étranger pour éviter l'accès sur le territoire. Elle a été prise simplement parce qu'il y a une menace pour l'ordre public, pour la tranquillité publique. On a suivi la procédure normale : sur base de plaintes et de commentaires qui nous ont été adressés, on a demandé une vérification."

"Concrètement, le visa est tout d'abord annulé. C'est la démarche qui est faite par les Affaires étrangères. Puis on vérifiera bien entendu aux frontières l'interdiction d'accès au territoire. S'il devait un jour se trouver sur le territoire, il pourrait toujours être expulsé. Quel que soit l'endroit, l'interdiction d'accès au territoire fait que, de toute façon, il pourrait y avoir une expulsion si jamais il devait se présenter sur le territoire belge."

La réaction de l'intéressé ne s'est pas faite attendre : "Sous la pression du lobby sioniste, le gouvernement belge a décidé de m’empêcher d’entrer sur son territoire (en dépit d'un visa valable) à cause de mes prises de position contre les crimes sionistes et la barbarie d’Israël", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Tareq Al-Suwaidan, homme lié aux Frères musulmans, possède cependant un visa délivré par l'espace Schengen, il pourrait donc se rendre en Europe, en prenant un vol vers Paris ou une autre capitale et rejoindre la Belgique par voie terrestre. Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur va dès lors publier un arrêté lui interdisant de prendre la parole dans la capitale.

"L'importation du conflit"

Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l'Antisémitisme (LBCA), a lui salué l'interdiction d'accès au territoire et de séjour à l'encontre de Tareq Al-Suwaidan.

"Dans le contexte explosif actuel, avec la question des djihadistes en Syrie et en Irak et quelque mois seulement après l'attentat au musée juif, la Belgique se devait de faire preuve d'une vigilance extrême", estime Joël Rubinfeld. "J'ai été surpris de l'intervention du bourgmestre de Bruxelles sur une question qui relève du fédéral, mais il se pourrait qu'Yvan Mayeur soit amené à prendre des mesures si Tareq Al-Suwaidan vient à la Foire musulmane malgré l'interdiction de territoire."

"Le prêche de Tareq Al-Suwaidan vise chez nous 40 000 Belges juifs et 500 000 à 600 000 Musulmans en Belgique. C'est vraiment l'importation du conflit. On sait ce qu'il charrie. Des gens viennent à la foire pour voir le promoteur du djihad sans frontières. C'est un jeu de dupes", a encore souligné Joël Rubinfeld en réaction à la défense établie ces dernières semaines par les organisateurs de la foire musulmane.

Une star aux penchants antisémites

Au Moyen-Orient, Tareq Al-Suwaidan est une star du petit écran. On estime que 10 millions de téléspectateurs écoutent tous les jours ses émissions, spécialement en période de Ramadan. L'homme est aussi un riche entrepreneur, et un consultant en gestion pour de nombreuses entreprises.

En juin 2014, le prédicateur trahissait ses penchants antisémites lors d'une conférence donnée à Koweït City. "Géographiquement et historiquement, Israël est un pays déviant, avait-t-il déclaré. Il est destiné à être éradiqué entièrement."

Et d'appeler toutes les mères musulmanes à élever leurs enfants dans la haine des juifs, pour les rayer définitivement de la surface de la Terre.

Polémique et tentative d'excuses

La Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) avait dénoncé, dans un communiqué diffusé le 29 octobre dernier, l'invitation de Tareq Al-Suwaidan à la Foire musulmane, venue qu'elle jugeait inconcevable. La Ligue avait dès lors demandé aux autorités belges de lui interdire l'accès au territoire.

Ce mardi, Yvan Mayeur avait lui aussi indiqué ne pas être favorable à sa présence : "Je pense que nous sommes dans un contexte où les propos de ce Monsieur ne conviennent pas et ne favorisent pas la paix entre les ménages à Bruxelles. Je pense qu'il ne faut pas autoriser cette expression-là à Bruxelles. Tareq Al-Suwaidan est considéré comme - persona non grata - par défaut d'action du ministère des Affaires étrangères ou du ministère de l'Intérieur", avait-il déclaré au journal Le Soir.

Les organisateurs de la Foire musulmane avait publié lundi un communiqué dans lequel ils tentaient de clore la polémique et maintenir la venue de Tareq Al-Suwaidan. Ce dernier adressait dans ce document des excuses pour ses propos antisémites. "Je n’ai aucune honte, ni aucun regret, à reconnaitre mes erreurs et mes dérapages verbaux qui ont alimenté l’antisémitisme sur Internet. A toutes celles et tous ceux qui ont été blessés par mes paroles, je tiens à présenter mes sincères excuses", écrivait-t-il dans ce message intitulé "L’antisémitisme n’a pas sa place dans l’islam - Excuses et clarifications".

Thomas Mignon avec Fabien Van Eeckhaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK