Flandre: réunion au finish pour annoncer un gouvernement dès lundi?

 Jan jambon, adoubé formateur, est entré en scène le 14 août.
2 images
Jan jambon, adoubé formateur, est entré en scène le 14 août. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Les chances sont réduites, mais la journée d’aujourd’hui devrait être cruciale. Les négociateurs flamands se retrouvent ce matin dès 9 heures pour une réunion au finish. Une spécialité bien belge. Un mot anglais qui sert à tout le monde. Cet accord est attendu depuis longtemps et indispose la Flandre. Et le formateur Jan Jambon (N-VA), veut aboutir dans les prochaines heures.

Car la Flandre est quelque peu vexée d’avoir été battue par Bruxelles, la Wallonie et la Communauté française. Alors qu’habituellement, c’est elle la plus rapide. Ici cela fait 44 jours que cela dure. Les trois partis autour de la table, (N-VA, Open VLD et CD & V) ont longtemps tourné autour de cette table. Un retard qui s’explique d’abord par le fait que Bart De Wever a longtemps traîné avant de passer à table.

Prêt à entrer, le VB est relégué

Il y a eu les longues discussions avec le Vlaams Belang qui, grand gagnant des élections en Flandre, était prêt à rentrer dans une coalition. Mais la table ne tourne pas rond. A deux, Vlaams Belang et N-VA ne font pas une majorité. Il faut donc trouver des partenaires. Or, les autres partis refusent de s’asseoir.

Du coup Bart De Wever s’en va à un congrès en Colombie, et plus rien ne bouge, sauf le temps qui passe. Bart De Wever attend que le fédéral passe à table. Mais là c’est plutôt carême. Pas de progrès. Bart De Wever reprend alors les choses en mains au mois d’août et enlève une chaise, celle du Vlaams Belang.

Place aux choses sérieuses

Et c’est alors que Jan jambon, adoubé formateur, entre en scène, Nous sommes le 14 août. Jan Jambon met en place une quinzaine de groupes de travail. Et c’est là que les trois partis se sont affrontés. Ce qui explique que le gouvernement n’a pu être mis en place lors de la rentrée du Parlement flamand lundi dernier. Une tache sur le blason.

Le canon de la N-VA est un boulet pour le CD & V

Et les points de discussion sont nombreux. Dont l’enseignement. La N-VA voulait imposer un canon. C’est-à-dire un cadre de références intellectuelles et culturelles de base. Un cadre basé sur l’histoire de Flandre et de ses grands hommes. Pour le CD & V, ce canon est un boulet. Un boulet contre les cours de religion et rôle des chrétiens dans l’histoire sociale flamande.

Le budget peut attendre

S’ajoutent les discussions sur le parcours d’intégration pour les demandeurs d’asile. Un parcours que la N-VA veut payant. Sans oublier le gros chapitre budgétaire. Les négociateurs sont arrivés après des semaines à la même conclusion que les Wallons. L’équilibre budgétaire n’est plus un prérequis, il peut être reporté en fin de législature. Le trou budgétaire se situe entre 500 et 600 millions d’euros.

Tout doit être plié pour samedi

C’est aujourd’hui que les négociateurs flamands repassent sur tous ces points. Et c’est le but de cette réunion qui se veut "au finish". Pour une décision demain matin ou samedi au plus tard. Des salles sont déjà réservées pour les congrès de participation des trois partis et la présentation d’un gouvernement lundi 30 septembre, jour de la Saint-Jérôme. Et comme le dit un dicton méconnu : "A la Saint-Jérôme, garçon, il faut prendre de ta charrue les manchons." Mais pour cela il faudra encore désigner les ministres, ceux qui guideront la charrue. Et puis aussi tracer un sillon en évitant les pierres de la N-VA. Ce jeudi est décidément une journée compliquée pour la Flandre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK