Flahaut, Demotte, Marcourt… Les déçus de la formation wallonne ?

Beaucoup d’appelés mais peu d’élus. La formule peut être utilisée pour chaque formation de gouvernement au cours desquelles, très souvent, les candidats ministres sont plus nombreux que les postes à pourvoir. Dans ce cas-ci, on notera que certains habitués des portefeuilles ministériels ont dû passer le témoin, singulièrement au PS.

Hormis la ministre-présidence wallonne qui revient à Elio Di Rupo, le PS a pris soin d’offrir les postes ministériels régionaux et communautaires à ceux qui incarnent une nouvelle génération de socialistes : Pierre-Yves Dermagne (38 ans), Christie Morreale (42 ans), Caroline Désir (42 ans) et Frédéric Daerden (49 ans). Mais en misant sur ce casting plus jeune, le PS éclipse une partie de ceux qui ont été à la manœuvre ces deux dernières décennies.

André Flahaut et Rudy Demotte, tous deux ministres sous les précédentes législatures, en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles ou au fédéral, ne se voient attribuer aucun mandat de poids pour l’instant. Jean-Claude Marcourt est lui désigné président du Parlement de Wallonie, à sa grande surprise comme il l’a lui même expliqué en ouvrant la séance parlementaire ce matin. " La vie est faite d’étonnement. Et je reconnais que la situation dans laquelle je me trouve n’était pas spontanément celle à laquelle je m’attendais. Mais bon…"

Interrogé par la RTBF sur son avenir, l’ancien ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles affirme n’avoir aucune amertume. "C’est une page qui se tourne", admet Rudy Demotte. "Il faut regarder le rouleau générationnel. Il est là. Comme je n’étais demandeur de rien je ne suis pas déçu de ce que je suis."

Rudy Demotte est toutefois cité pour présider le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Rattrapage au Fédéral ?

Ces déçus des formations des entités fédérées pourraient toutefois retrouver un poste de ministre au gouvernement fédéral. La formation fédérale est effectivement toujours en cours, et le PS devrait faire partie du futur gouvernement selon les différents scénarios qui circulent actuellement.

Dans ce cas, Rudy Demotte et André Flahaut feraient de bons candidats ministres fédéraux pour plusieurs raisons. Tous deux ont déjà une solide expérience du fédéral et Rudy Demotte est bilingue ce qui est un atout non négligeable. Par ailleurs, ils sont issus de fédérations socialistes (Wallonie Picarde et Brabant-Wallon) qui n’ont pas encore pu mettre de ténor en avant. Or, cet équilibre régional est souvent un critère important dans la répartition des postes ministériels.

Jean-Claude Marcourt pourrait lui aussi prétendre à un destin fédéral. Il va effectivement rejoindre l’équipe des négociateurs pour la formation fédérale. Ces postes de négociateurs offrent assez logiquement un marchepied pour entrer dans le gouvernement. Son poste de président de l’assemblée wallonne pourrait donc être temporaire.

Reste à voir si ce que Rudy Demotte appelle le "rouleau générationnel" écrasera également les ambitions des anciens au fédéral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK