Fipronil: la CSC dénonce la "procédurite" de l'Afsca et la mauvaise communication de son directeur

Fipronil: la CSC dénonce la "procédurite" de l'Afsca et la mauvaise communication de son directeur
Fipronil: la CSC dénonce la "procédurite" de l'Afsca et la mauvaise communication de son directeur - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

La crise des oeufs contaminés au fipronil montre, selon la CSC, la "procédurite" de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Le syndicat chrétien dénonce aussi le manque de communication aussi bien interne et externe du patron de l'Afsca, Herman Diricks.

La CSC Services publics pointe du doigt, lundi dans un communiqué, la lenteur des procédures de l'Afsca, dont le service en charge du dossier était déjà au courant de la présence d'un insecticide dans des oeufs en juin, avait pris des mesures mais n'avait pas communiqué.

L'arbre qui cache la forêt

Cette crise est "connue depuis deux mois déjà et il faudra encore suivre une procédure stricte pour que certains laboratoires puissent procéder à l'analyse nécessaire dans le cadre de la contamination au fipronil", selon le sydicat. "La CSC Services publics a déjà déploré, ces dernières années, cette 'procédurite' qui est l'arbre qui cache la forêt", ajoute le syndicat.

Le syndicat déplore aussi le manque de communication, interne et externe, du patron de l'Afsca, Herman Diricks.

La Fugea dénonce l'immobilisme de l'Afsca

De son côté, la Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) dénonce elle aussi le scandale sanitaire qui touche la production industrielle d'œufs. "Alors que l'Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, ndlr) n'hésite pas à appliquer des normes drastiques issues du secteur industriel chez nos producteurs, pour favoriser des circuits de plus en plus facilement 'contrôlables' d'un point de vue sanitaire, nous constatons que dans d'autres cas, comme ici présent, les rouages du contrôle sanitaire auraient pris quelques jours de vacances...", souligne la Fugea.

La fédération dénonce le fait que l'Afsca n'a pas communiqué avant un mois et demi pour "garder le secret de l'instruction avant d'appliquer les pénalisations prévues en cas de contamination".

"Mais pendant ce temps, des consommateurs pourraient avoir été contaminés en mangeant des œufs issus du secteur industriel. En grande quantité, cet insecticide peut en effet se révéler nocif pour les reins, le foie et la glande thyroïdienne ! Où est donc passé le principe de précaution ? Ce principe pourtant bien appliqué lorsqu'il s'agissait des tartes à maton, des fromages de Herve. Pour moins que ça, des exploitations agricoles en circuit-court se sont vues bloquées et financièrement pénalisées. Une fois encore, la Fugea se positionne contre ces aberrations de l'Agence fédérale !", clame-t-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK