Finies les aides aux personnes âgées en maisons de repos?

Les résidents des maisons de repos seront-ils exclus de l'assurance autonomie?
Les résidents des maisons de repos seront-ils exclus de l'assurance autonomie? - © MAXIME ANCIAUX - BELGA

Il y a 15 jours, le gouvernement wallon a présenté l’assurance autonomie qu’il prépare pour les aînés. Elle devrait être activée dès janvier 2017. Mais les maisons de repos sont en alerte: il semble que les résidents des senioreries soient exclus de cette assurance qui serait réservée aux personnes maintenues à domicile. Inacceptable, disent les fédérations de maisons de repos et les CPAS wallons.

39 000 APA wallons dont 4200 en maisons de repos

Actuellement, il existe ce qu’on appelle l’APA c'est-à-dire l’Allocation pour Personnes Agées. Elle va aux plus de 65 ans qui connaissent des problèmes de santé et qui manquent de revenus pour y faire face.

C’est une roue de secours à laquelle recourent 39 000 Wallons dont 4200 en maison de repos. Or il semble qu’avec la régionalisation de cette aide et la nouvelle forme qu’elle prendra, seules les personnes qui ne résident pas en maison de repos y aient encore droit.

Les CPAS devraient suppléer

Discrimination, dit le secteur qui craint que les CPAS ne paient finalement la note lorsque les bénéficiaires désormais sans cette ressource s’adresseront à eux. Jean-Marc Rombeaux de l’Union des Villes et Communes de Wallonie relève que dans toute une série de cas, ces 4.200 personnes se tourneront vers les CPAS (pour trouver une aide). L’impact global, calcule-t-il, serait de 17 millions d’euros.

Pour des CPAS dont les finances ne sont pas en forme olympique, c’est un problème supplémentaire. Et ils tirent la sonnette d’alarme. Ils sont d’autant plus aux abois qu’on leur a présenté le projet, disent-ils, comme s’il faisait déjà consensus au gouvernement.

Le gouvernement wallon réfléchit

Pas si vite, répond le cabinet de Maxime Prévot (cdH), le ministre de l’Action Sociale à l’origine du concept d’assurance autonomie wallonne : on en est au prélude du décret; rien n’est encore arrêté.

Il n’empêche: le gouvernement wallon a promis qu’aucune de ses mesures n’impacterait les pouvoirs locaux. Les CPAS, prompts à attirer l’attention sur leurs difficultés, le pressent donc de réagir et de confirmer les engagements pris dans la Déclaration de Politique Régionale.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir