Finances, Aéroports et Sports: Jean-Luc Crucke (MR) de retour aux cordons de la bourse

Finances, Aéroports et Sports: Jean-Luc Crucke (MR) de retour aux cordons de la bourse
Finances, Aéroports et Sports: Jean-Luc Crucke (MR) de retour aux cordons de la bourse - © Tous droits réservés

Né en 1962 à Renaix, cet avocat, licencié en droit de l'Université de Liège, est l'un des représentants de la génération des "quinquas" du MR. Grâce à la constitution d'une nouvelle majorité en Wallonie, Jean-Luc Crucke accède à nouveau à la responsabilité ministérielle qui lui avait échappé au fil des législatures et qu'il n'avait pu exercer que durant les deux dernières années. Il hérite du Budget et des Finances, des Aéroports et des Infrastructures sportives.

Au cours de ses études, Jean-Luc Crucke fait la rencontre d'un professeur dont l'influence sera déterminante, Jean Gol, l'une des figures historiques des libéraux francophones. Il entre chez les jeunes du PRL qu'il présidera en 1990. En 1988, il est élu au conseil communal de Frasnes-lez-Anvaing dont il devient le premier échevin et, en 1997, le bourgmestre. En 2002, il prend la présidence de la Fédération MR du Hainaut occidental. Début 2004, il remplace pour quelques mois Olivier Chastel à la Chambre.

En 2004, Jean-Luc Crucke est élu au parlement wallon. Il réalise le troisième score de sa circonscription derrière Rudy Demotte et Chantal Bertouille. Il s'affirme comme l'un des parlementaires en vue de son groupe qu'il quittera toutefois en 2007 pour rejoindre la Chambre. En 2009, Jean-Luc Crucke décroche son deuxième mandat au parlement régional.

Orateur énergique, il est l'une des figures de l'opposition à la majorité olivier sous la législature précédente.

En 2014, Jean-Luc Crucke réalise le deuxième score de sa circonscription devant Rudy Demotte, dont il est proche malgré leurs orientations politiques différentes. Il siège à nouveau au parlement wallon dans l'opposition. Il sera l'un des membres les plus en vue de la commission d'enquête Publifin.

Partisan de Didier Reynders

Au sein du MR, le député s'affiche comme l'un des partisans de Didier Reynders quand éclate la fronde menée par Charles Michel et Willy Borsus.

Fer de lance du régionalisme dans son parti, il s'affirme avec son compagnon d'armes, Pierre-Yves Jeholet, en faveur d'une Belgique à 4 Régions. Leur combat reçoit un soutien croissant au sein du MR mais toutefois insuffisant pour être inscrit dans la nouvelle doctrine du parti.

Ce parfait bilingue était l'une des personnalités du MR attendues au gouvernement fédéral en 2014 mais il ne figurera finalement pas au casting de l'équipe Michel. Sa voisine tournaisienne, Marie-Christine Marghem, sera en revanche désignée pour exercer les compétences de l'Energie et de l'Environnement.

A l'été 2017, il est toutefois nommé ministre, mais à la Région, après que le cdH eut décidé de débrancher la prise de la majorité qu'il formait avec le PS, permettant aux libéraux de renouer avec le pouvoir en Wallonie. Jean-Luc Crucke est alors nommé ministre du Budget, des Finances, de l'Energie, des Aéroports et du Climat.

A ce titre, c'est lui qui emmène la délégation belge à la COP24, la conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, en Pologne tout en plaidant pour que la Belgique organise la COP26. L'idée sera finalement abandonnée, en raison notamment de son coût et du manque d'enthousiasme de la Flandre alors que le gouvernement fédéral, lui, est en affaires courantes.

En mai 2019, Jean-Luc Crucke est réélu député wallon, avec 18.400 voix de préférence.

 

Voici les ministres des nouveaux gouvernements "arc-en-ciel"

Après l'accord sur les déclarations gouvernementales, le PS, le MR et Ecolo se sont réparti les postes ministériels pour les gouvernements de Wallonie et de Fédération Wallonie-Bruxelles. Il fallait encore passer par la case "militants". Alors que le...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK