Financement des mosquées: attention à la liberté de culte

La mosquée de Gand (illustration).
La mosquée de Gand (illustration). - © Belga

Comment réorganiser le financement des mosquées en Belgique ? Une carte blanche de quatre personnalités du monde musulman belge formule des propositions. Pour l'instant il existe près de 300 mosquées en Belgique , et seules 82 sont officiellement reconnues. Beaucoup de voix s'élèvent pour décrier les critères de reconnaissance des mosquées. Ces critères seraient empiriques et arbitraires. Parmi ces voix il y a celle de Caroline Sagesser, chercheuse à l'ULB et spécialiste du financement des cultes. Elle met en garde contre certaines propositions, comme l'autorisation préalable d'ouvrir une mosquée ou l'obligation de diffusion des prêches sur internet, peu compatibles avec la liberté de culte ou le principe de la séparation Etat-Eglise.

Vous ne trouvez pas idéale la façon dont le financement est organisé aujourd'hui mais vous n'êtes pas pour autant d'accord à 100% avec les proposition de ces quatre jeunes musulmans dans leur carte blanche. Quelles sont vos réticences ?

"C'est une initiative aux objectifs louables qui vise à promouvoir le développement d'un islam adapté à la société moderne et à l'Europe, mais j'ai l'impression que les signataires méconnaissent notre régime des cultes et nos principes constitutionnels. En ce qui concerne les mosquées, il est prévu de soumettre toute ouverture de mosquée à une autorisation préalable et donc finalement de n'avoir aucune mosquée sauf celles reconnues et financées par l'Etat, ce qui représente un quintuplement du budget actuel. Ou contraindre les imams à diffuser leur prêches sur internet : ce sont des mesures qui ne sont pas compatibles avec la liberté de culte, ni avec notre principe de la séparation Eglise-Etat, ni avec l'égalité entre les citoyens de différentes confessions".

"Avec cette autorisation préalable, on vise à créer un statut d'exception pour l'islam, créer un islam d'Etat. J'ai donc de fortes réticences par rapport à ce qui est proposé"

Vous préconisez quoi , pas de financement du tout ou un financement différent ?

"C'est une question complexe. (...) Les modalités de financement devraient être revues et il y a un sous-financement du culte islamique, il y a un rattrapage à faire par rapport aux autres communautés confessionnelles. Cela ne signifie pas qu'il faut financer toutes les mosquées et avoir uniquement des mosquées financées par l'Etat".

JFH avec Marie-Laure de Kerchove

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK