Fin du nucléaire en Belgique: "Les partis n'ont pas de réponse au problème" (Vidéo)

La centrale nucléaire de Doel, le 21 août 2014.
La centrale nucléaire de Doel, le 21 août 2014. - © ERIC LALMAND - BELGA

A quelques semaines du scrutin du 26 mai, une « vague verte » se dessine dans les sondages, comme en témoigne le dernier baromètre politique RTBF-La Libre-VRT- De Standaard. Marches pour le climat, émissions de CO2, vieillissement des centrales nucléaires… le sujet est porteur. C’est dans ce contexte que l’ASBL « fin du nucléaire » (FDN) a interrogé les partis politiques sur quatre questions touchant à l’énergie nucléaire. Leurs réponses ont été présentées ce mercredi 24 avril.

Verdict : pas brillant, pour Francis Leboutte, le président de l’association. « Les partis n’ont pas de réponse au problème ». Il cite à titre d’exemple la première question, formulée en ces termes : « Une condition nécessaire à la participation de votre parti à une majorité gouvernementale est-elle la fermeture immédiate des réacteurs Tihange 2 et Doel 3, dont les cuves présentent des milliers de fissures […]. »

Parc nucléaire vieillissant

« La question semble évidente », poursuit Francis Leboutte. Et pourtant, « même les partis verts ne se prononcent pas pour un arrêt immédiat ». Dans un communiqué, FDN précise : « Cinq partis éludent tout simplement la question : cdH, DéFI, Ecolo, MR et PS. Deux autres, Groen et sp.a, répondent mais bottent en touche, reportant dans le futur une improbable décision enfin adaptée à la situation. La N-VA et l’Open Vld se réfugient derrière les soi-disant compétences et indépendance de l’AFCN, refusant ainsi d’assumer leur rôle politique et de protéger les citoyens contre l’incurie d’Engie-Electrabel et de l’AFCN. Le PTB fait exception en étant le seul parti à vouloir l’arrêt immédiat de ces deux réacteurs. »


►►► À lire aussi : faut-il prolonger les centrales nucléaires après 2025 ? Voici les réponses des partis politiques


Le parc nucléaire belge est vieillissant. Les centrales de Tihange 1, Doel 1 et Doel 2 ont toutes été mises en service en 1975. Faut-il les mettre elles aussi à l’arrêt ? « La question de l’arrêt immédiat de ces trois réacteurs obsolètes suscite des réponses tout à fait similaires à la question n° 1 : dérobade, report improbable dans le futur et refus d’assumer la responsabilité politique, à l’exception du PTB qui se prononce pour l’arrêt immédiat de ces 3 réacteurs », poursuit-on du côté de FDN.

Le président de l’association s’étonne qu’Ecolo et Groen n’aient pas un avis plus tranché, « alors qu’il y aurait là un boulevard pour les partis qui se disent écologistes ».

Enjeu des élections : le nucléaire et notre facture

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK