Fin des pouvoirs spéciaux, début de nouvelles difficultés politiques

Plus que 4 jours. Quatre jours de pouvoirs spéciaux octroyés par le parlement fédéral au gouvernement de Sophie Wilmès (MR) pour gérer la crise du coronavirus, avant un retour à la normale. Enfin, une normalité un peu spéciale quand même, puisque cet exécutif est -faut-il le rappeler- minoritaire et en affaires courantes.

La Première ministre qui réunissait ses troupes ce vendredi matin, pour un dernier conseil des ministres en mode "pouvoirs spéciaux", donc. Et en marge de cette réunion, quelques membres du kern se sont exprimés sur ce changement de régime qui se profile.

"Ça va être plus compliqué, c’est évident", prévient Koen Geens (CD&V). "Les pouvoirs spéciaux auront permis une certaine stabilité en période de crise, malgré certaines peaux de bananes et parfois un manque de loyauté. Et on a pu le constater lors de la dernière séance plénière, certains partis reprennent déjà leurs mauvaises habitudes, analyse pour sa part David Clarinval (MR). Espérons que les négociateurs trouvent rapidement une solution. Dans le cas contraire, l’été risque d’être chahuté, d’autant plus que la crise sanitaire n’est pas finie".

Alexander De Croo (Open-VLD) se veut plus optimiste, voire philosophe : "Ce sera compliqué si certains veulent rendre cette période compliquée. Mais je ne peux pas m’imaginer que ce soit une ambition. Et si un gouvernement se forme, les choses peuvent devenir beaucoup plus simples…"

Les élections ont eu lieu il y a exactement un an et un mois. Et il est toujours aussi hasardeux de parier sur une date de sortie de crise.

Journal télévisé du 15/06/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK