Fête nationale: ces domaines où la Belgique se distingue par rapport au reste du monde

Fête Nationale belge: ces domaines où la Belgique excelle et se distingue du reste du monde
Fête Nationale belge: ces domaines où la Belgique excelle et se distingue du reste du monde - © YORICK JANSENS - BELGA

En ce jour de fête nationale belge, il convient de rappeler que malgré son statut de "petit pays", la Belgique n’en reste pas moins une contrée leader dans de nombreux domaines. Société, économie, innovation… Au-delà des habituelles spécialités telles que la bière ou le chocolat qui font la renommée du plat pays, quels sont les domaines dans lesquels la Belgique se distingue du reste du monde ?

Les libertés individuelles

C’est en 2003 que la Belgique a décidé de légaliser le mariage homosexuel, devenant ainsi la deuxième nation au monde à se prononcer sur le sujet après nos voisins du Pays-Bas en 2001. C’est très exactement le jeudi 30 janvier 2003 que le législateur a formellement reconnu aux couples de même sexe le droit de se marier entre eux.

A noter que dans le classement Rainbow 2019 des pays les plus LGBT-friendly dans le monde émis par ILGA-Europe (International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association Europe), la Belgique se classe en deuxième position. Ce classement se base sur des critères incluant l’égalité et les droits civils des LGBT +, les lois anti-discriminations en vigueur mais recense aussi les crimes et discours de haine.


►►► À lire aussi : le message du roi Philippe à l'occasion de la fête nationale


En ce qui concerne justement l'égalité des genres, la Belgique occupe la cinquième place du classement 2019 établi par l’Organisation de coopération et de développement économiques. Toujours selon l'OCDE, la Belgique obtient d'ailleurs "de bons résultats dans de nombreux indicateurs du bien-être comparé à la plupart des autres pays qui figurent dans le classement".

Si certains pays du monde sont encore largement à la traîne à ce sujet, l’Europe reste le continent où les droits LGBT sont les plus respectés avec 19 pays qui reconnaissent le mariage homosexuel avec parmi ceux-ci, la Belgique comme précurseur en termes de libertés individuelles.

La productivité

Ce sont encore des données fournies par l'OCDE qui l'affirment. La Belgique est l'un des pays les plus productifs au monde et se classe en quatrième position dans ce classement mondial pour 2019. Le classement est établi en divisant le PIB par habitant par le nombre d'heures travaillées sur une semaine de cinq jours.

Pourtant, si la productivité belge reste parmi l'une des meilleures au monde, ces données sont toutefois à contrebalancer avec le fait qu'elle croit trop faiblement. Entre 1971 et 1994, le niveau de productivité en Belgique dépassait les 3%, soit un taux supérieur au reste de l'OCDE. Le rapport s'est ensuite inversé entre 1994 et 2007 et la tendance s'est encore accentuée jusqu'en 2017, à la suite de la crise financière.

Le taux de productivité est désormais inférieur à 0,5%. Si la Belgique avait maintenu le niveau de productivité des années 1980 à 1998, celle-ci serait de 20% à 25% plus élevée qu'aujourd'hui. Notons que si le classement est dominé par le Luxembourg suivi par l'Irlande et la Norvège, notre pays devance aujourd'hui  d'importantes nations comme la France, l'Allemagne ou les Etats-Unis.

Le secteur bio-pharmaceutique

Il s’agit là de l’un des secteurs phares de l’économie belge qui permet à notre pays de se distinguer dans le reste du monde. Pour l’année 2018, les chiffres de l’industrie parlent d’eux-mêmes. Avec plus de 37.000 personnes actives dans le secteur, plus de 5000 personnes travaillant sur la recherche et près de 3.6 milliards d’euros investis dans la recherche et développement en Belgique par les entreprises, le secteur se porte extrêmement bien et sa dimension internationale est aujourd'hui largement reconnue.

La présence de la "biopharma valley" belge n’y est d’ailleurs pas étrangère puisque des sociétés d’envergure mondiale comme GSK, UCB ou Janssen Pharmaceutica sont présentes chez nous. Pour Catherine Rutten, CEO de pharma.be, la fédération bio pharmaceutique, la Belgique est un pôle européen en la matière. "Durant la période 2014-2018, l’emploi dans le secteur (bio) pharmaceutique a augmenté de près de 10%. En cinq ans, les investissements dans la recherche et développement effectués par nos entreprises ont augmenté de 40.6% […] le secteur (bio) pharmaceutique contribue largement à l’objectif de la Belgique d’affecter 3% de son PIB à l’innovation".

Selon cette même fédération, avec 162 brevets et plus de 500 nouvelles études cliniques lancées en Belgique en 2018, le pays se classe en deuxième position des pays européens en termes de nombres d’essais cliniques. L’Echo rapporte également que l’un des plus vastes sites de production de vaccins au monde se trouve dans le Brabant wallon, avec plus de 2,5 millions de vaccins par jour pour des patients de 170 pays.

Les soins de santé

C’est peut-être l’une des conséquences du point précédent. Selon un rapport émis l’année dernière par le think thank suédois Health Consumer Powerhouse, le secteur des soins de santé en Belgique se classe parmi les meilleurs en Europe avec une cinquième position dans ce classement qui compare les systèmes des soins de santé de plus d’une trentaine de pays.

Le rapport souligne que l’un des points forts de la Belgique reste l’accessibilité aux soins de santé et le fait que les patients soient rapidement pris en charge. Le système belge de soins se distingue également par le traitement des cancers et la chance de survie des patients, estimée à 70%, un score élevé en Europe.

Le système de soins de santé belge a d'ailleurs gagné trois places par rapport à 2017, où il figurait en 8e position. Avec 893 points sur 1000, la Belgique est devancée dans ce classement par la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège et le Danemark. Un bon classement qui ne doit pas faire oublier le contexte parfois difficile dans lequel travaillent les acteurs du monde médial, en témoigne la récente mobilisation du personnel infirmier lors des "mardis des blouses blanches".

L'innovation

La force de la Belgique se traduit notamment dans de nombreuses inventions proposées par des Belges à travers les âges. Ainsi, parmi les plus notables, on retiendra par exemple que c’est un Belge né à Rupelmonde (Flandre-Orientale), Gérard Mercator, qui a le premier inventé la carte du monde au 16e siècle. C'est le premier à avoir apposé le mot "atlas" en couverture d'un ouvrage de cartographie.

Le développement du World Wide Web est aussi l'oeuvre d'un Belge. C'est Robert Cailliau, ingénieur diplômé de l’Université de Gand et de l’Université du Michigan, qui l'a codéveloppé avec Tim Berners-Lee. On notera également que c'est le chimiste Leo Baekeland, né en 1863 à Gand, qui fut le premier à mettre au point la bakélite, soit la première matière plastique synthétique, qui changera considérablement la face du monde.

Ce sont également à des Belges que l'on doit l'invention des patins à roulettes, du char à voile, du saxophone, du pèse-personne, de la sonnette électrique, du produit anti-moustique, du générateur électrique, du moteur à combustion interne, du tramway électrique, l'asphalte utilisé pour les routes ou encore de la théorie du Big-Bang...

En bref, les Belges ont toujours été de grands inventeurs et les bonnes places qu'occupe la Belgique dans les différents index liés à l'innovation, à l'image du Bloomberg Innovation Indexvient le confirmer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK