Fête du travail: John Crombez (sp.a) taille des croupières au président de Belfius

John Crombez, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude sociale et fiscale était présent à la fête du 1er mai dans sa commune d’Ostende.
John Crombez, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude sociale et fiscale était présent à la fête du 1er mai dans sa commune d’Ostende. - © BELGA /KURT DESPLENTER

Le secrétaire d'Etat à la Fraude fiscale, John Crombez, a dénoncé mercredi, dans son discours du 1er mai, les propos du président de Belfius, Alfred Bouckaert, à propos de la taxe sur les transactions financières, dite taxe Tobin. Il a été rejoint par Freya Van den Bossche qui, à Gand, a rappelé que la crise actuelle était née de la spéculation financière.

Il y a quelques jours, notamment sur les antennes de la RTBF, le dirigeant de la banque avait mis en garde  le gouvernement contre cette initiative à laquelle la Belgique a souscrit. Selon lui, cette mesure compromettrait le redressement de la banque et l'empêcherait de réaliser sa mission. Si cette taxe devait entrer en vigueur, il dit douter de sa capacité à mettre en œuvre le mandat que lui a confié le gouvernement.

Les critiques d'Alfred Bouckaert passent mal au sp.a

John Crombez s'en est pris à la "propagande menée contre les solutions qui peuvent aider les gens". "Et ce qui est extraordinaire, c'est que ce sont les banques qui prennent l'initiative", a-t-il souligné. Les critiques d'Albert Bouckaert passent mal auprès du socialiste flamand.

"Le président de la banque publique dit que la taxe Tobin portera atteinte au rendement de sa banque. Donc, le grand problème après 5 ans de crise bancaire, ce n'est que le rendement de la banque qui sera un peu plus compliqué! Mais que pense le président de la banque publique des gens qui ont du mal à boucler leur fin de mois ou du rendement des gens qui, dans le sud de l'Europe, n'ont plus assez d'argent pour manger? ".

A Gand, la ministre flamande Freya Van den Bossche a également décoché une flèche en direction du dirigeant de Belfius. Elle a rappelé que la crise actuelle était née de la spéculation financière, que vise précisément la taxe. Et d'ajouter: "Monsieur Bouckaert, je vais vous rappeler quelque chose: nous sommes ceux qui avons sauvé votre banque avec l'argent de nos impôts. Vous travaillez pour nous".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK