Fédération Wallonie-Bruxelles: de nouveaux outils pour favoriser la mixité en Maisons et Centres de Jeunes

Fédération Wallonie-Bruxelles: de nouveaux outils pour favoriser la mixité en Maisons et Centres de Jeunes
Fédération Wallonie-Bruxelles: de nouveaux outils pour favoriser la mixité en Maisons et Centres de Jeunes - © THIERRY ROGE - BELGA

De nouveaux outils pédagogiques seront bientôt mis à disposition des différents acteurs du monde de la jeunesse afin de favoriser la mixité de sexes dans les Maisons et Centres de Jeunes, a-t-on appris vendredi lors de la présentation des résultats d’une étude sur la mixité au sein des Centres de Jeunes en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

Les Maisons de Jeunes en Fédération Wallonie-Bruxelles sont surtout fréquentées par des garçons et seul un tiers d’entre elles accueille un public tout à fait mixte, a rappelé d’emblée le ministre-président Rudy Demotte.

Or, « la mixité est par essence fédératrice, puisqu’elle reflète la société dans toute sa diversité et permet aux femmes et aux hommes d’apprendre à vivre ensemble. Il faut donc la cultiver, dès le plus jeune âge », a ajouté le ministre-président de la FWB, également en charge de l’Egalité des chances et des Droits des femmes.

Un enjeu pour les filles et les garçons

Fort de ce constat, un projet de sensibilisation à la mixité mené par les Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active (CEMEA) a été mis sur pied en 2018 au sein de 15 Maisons de Jeunes en vue de créer à terme des outils pédagogiques résultant d’expérimentations, ont expliqué les auteurs du projet devant un parterre d’acteurs de terrain.

Le projet, intitulé « Favoriser la mixité des sexes en Maisons et Centres de Jeunes : un enjeu pour les filles et les garçons, un enjeu pour la société », vise donc à soutenir les Maisons de Jeunes, qui le souhaitent et en partant de leurs réalités, ont insisté les représentants des CEMEA, dans leur réflexion par rapport à la mixité et ce tant par rapport aux jeunes qu’au sein de leurs équipes.

Après un état des lieux mené sur la manière dont la mixité était vécue au sein des différentes Maisons de Jeunes participant au projet et une réflexion sur les stéréotypes et assignations de genre, la troisième étape a conduit à l’élaboration d’une série de recommandations ainsi qu’à la mise au point d’outils pédagogiques et de modules de formation qui seront ensuite diffusés à l’ensemble du secteur de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles.

'Incubateur' d’initiatives

Le projet a, par ailleurs, été prolongé d’un an afin de compléter la démarche par des journées de sensibilisation destinées aux cadres des Maisons de Jeunes, aux fédérations du secteur Jeunesse et de l’inspection de la Culture de la FWB.

« Le chantier de la mixité n’est pas terminé. Le secteur jeunesse est un excellent 'incubateur' d’initiatives. Si la mixité se discute en Maisons de Jeunes, elle pourra l’être dans d’autres secteurs comme dans des associations d’éducation permanente », a souligné pour sa part le ministre de la Jeunesse Rachid Madrane.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK