Fédération Wallonie-Bruxelles: accord sectoriel pour revaloriser les salaires de 25.000 travailleurs du non-marchand

"Ce nouvel accord respecte nos engagements à renforcer et soutenir durablement ce secteur, maillon indissociable de la sauvegarde de la cohésion sociale", a commenté le ministre-président de la Fédération, Rudy Demotte.
"Ce nouvel accord respecte nos engagements à renforcer et soutenir durablement ce secteur, maillon indissociable de la sauvegarde de la cohésion sociale", a commenté le ministre-président de la Fédération, Rudy Demotte. - © JEAN MARC HERVE ABELARD - BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et les syndicats du non-marchand ont signé mercredi un accord pour revaloriser les barèmes de plus de 25.000 travailleurs du secteur.

Depuis les années 2000, plusieurs accords du non-marchand essaient d'harmoniser les barèmes entre les travailleurs des différents secteurs de la santé, du social ou de la culture, lesquels ne relèvent pas tous du même niveau de pouvoir.

Vu les moyens financiers étriqués de la Fédération, les travailleurs du non-marchand qui relèvent de l'entité bénéficient aujourd'hui de salaires inférieurs à certains de leurs collègues du non-marchand relevant du Fédéral.

Résorber la moitié environ de la différence salariale

L'accord intervenu mercredi vise donc à résorber cet écart. Selon le syndicat CNE, l'effort consenti permettra de résorber la moitié environ de la différence salariale à l'horizon 2019.

"C'est une première victoire donc, mais qui nécessitera un nouvel accord complémentaire dès 2020", commente Patricia Piette, secrétaire nationale pour le non-marchand.

L'accord permettra notamment la revalorisation des salaires des travailleurs des centres d'expression et de créativité, des coordinations des écoles de devoirs ainsi que d'accueillantes d'enfants conventionnées passant sous statut salarié.

L'effort total pour la Fédération sera de 15 millions d'euros en 2018, et de 25 millions en 2019.

"Ce nouvel accord respecte nos engagements à renforcer et soutenir durablement ce secteur, maillon indissociable de la sauvegarde de la cohésion sociale", a commenté le ministre-président de la Fédération, Rudy Demotte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK