Fédéral : les informateurs dans le vif du sujet

Le duo G-L Bouchez et Joachim Coens consulte tous azimuts
Le duo G-L Bouchez et Joachim Coens consulte tous azimuts - © DIRK WAEM - BELGA

Les informateurs poursuivent leur tournée des présidents des 10 partis susceptibles de participer à un nouveau gouvernement fédéral. Hier, Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont rencontré la N-VA et le PS.

Aujourd’hui, c’est en principe à la famille libérale d’être reçue, avant le CD&V programmé pour demain mercredi.  A chaque rencontre, les deux informateurs soumettent à leurs interlocuteurs une note de synthèse rédigée pendant la trêve de Noël, une base de négociations structurée autour de 5 thèmes généraux.

A diverses sources, on nous confirme que les informateurs sont partis d’une page blanche. Autrement dit, il ne subsisterait plus grand chose de la note rédigée par l’informateur précédent, Paul Magnette. " Paul Magnette a fait un travail remarquable ", confie une source proche des informateurs, "mais sa note était trop orientée pour pouvoir espérer fédérer".

"Work in progress"

Si la note des informateurs contient plus d’accents de centre-droit, "elle tend aussi à être le plus neutre possible, pas trop marquée idéologiquement pour pouvoir rallier le plus grand nombre", souligne-t-on.

Une tactique à double-tranchant car si l’objectif est d’obliger les partis à clarifier leurs positions, à être trop consensuelle cette note risque de n’exclure personne du jeu et donc de ne pas simplifier la situation. 

Ainsi, la N-VA pourrait tout aussi bien n’avoir rien à y redire, rester autour de la table et attendre tranquillement la suite des opérations. Ou pas.

A contrario, le PS, lui, pourrait déchanter sur une note exempte de marqueurs de gauche, difficile à vendre en interne. On n’en est pas là. "Cette note", nous dit-on, "n’est pas figée dans le marbre, elle est évolutive. C’est du work in progress", confie-t-on dans l’entourage des informateurs.

Tic-tac

Reste que le compte à rebours a commencé.  Car l’objectif – l’espoir ? - des informateurs est de pouvoir, le 13 janvier au plus tard – jour de leur rendez-vous au Palais - enclencher la vitesse supérieure. 

Autrement dit que le Roi soit en mesure de nommer enfin un pré-formateur, voire un formateur. Mais pour ça, il faudrait connaître l’équipe qui s'alignera sur la ligne de départ.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK