Faut-il supprimer le plan hiver d'aide aux sans-abris ?

Faut-il supprimer le plan hiver d’aide aux sans-abris ?
2 images
Faut-il supprimer le plan hiver d’aide aux sans-abris ? - © Tous droits réservés

Ce 15 novembre, la Région bruxelloise a lancé son plan hiver, un plan grand froid qui permet l’ouverture de nouvelles places d’accueil de nuit (principalement) et de jour. Avec ce plan, 1100 places supplémentaires seront progressivement ouvertes entre le 15 novembre et le 30 avril pour accueillir les sans-abris. Mais chaque année, beaucoup d’acteurs de terrain affirment qu’un tel plan comporte de nombreuses lacunes, la période de l’hiver est trop courte pour pouvoir faire un véritable travail de réinsertion, résultat, à la fin du plan hiver, la plupart des personnes qui ont été hébergées se retrouvent à la rue et les ennuis recommencent et s’empirent même parfois. Beaucoup de travailleurs sociaux affirment que les sans-abris ne meurent pas plus en hiver qu’en été et qu’un suivi est nécessaire tout au long de l’année. Ils plaident pour une suppression d’un tel plan d’urgence au profit de mesures annuelles, structurelles. Une réforme de l’aide aux sans-abris est en cours au niveau régional, elle semble aller dans ce sens, même si la notion de réaction en période de crise semble encore bien présente.

Comment faire pour que personne ne dorme dehors à Bruxelles quelle que soit la saison ? Cet objectif est-il accessible ? Le Plan Hiver n’apporte-t-il pas plus de mal que de bien ? Quelle réforme pour l’aide aux plus démunis à Bruxelles après l’affaire du Samu Social ? Comment intégrer l’accueil des "transmigrants" dans ce plan d’aide ?

Débats Première 100% Bruxelles organise un débat autour de ces questions avec François Bertrand (la STRADA), Murat Karacaoglu (Pierre d’Angle), Mehdi Kassou (Plateforme Citoyenne Welcome Refugees) et Christine Vanhessen (directrice AMA, Fédération des Maisons d’Accueil et des Services d’Aide aux Sans-Abri et administratrice du Samusocial).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK