Faut-il libérer Marc Dutroux ?

justice
justice - © BELGA PHOTO DIRK WAEM

La question est provocatrice, mais c'est bien l'objectif de Bruno Dayez. L'avocat de Marc Dutroux sort cette semaine un livre polémique, avec lequel il souhaite rouvrir le débat public sur la peine de prison à perpétuité et la libération conditionnelle.

Car en Belgique, si théoriquement on peut envisager la libération conditionnelle d'un condamné à perpétuité au bout de quinze ans, dans les faits, certains ne sortent jamais de prison. Et c'est précisément cela que veut pointer Bruno Dayez. Quelle est au fond la vocation de la prison : un sas vers l'oubli, une poubelle de la société qui permet de cacher ce qui dérange...ou un vecteur de réinsertion ? Que veut-on vraiment pour notre société ?

Mais même s'ils sont nombreux à reconnaître l'intérêt d'un tel débat, l'utilisation de Marc Dutroux comme étendard de la cause dérange. Les proches des victimes en premier : elles reprochent à Bruno Dayez de ne pas tenir compte de leur ressenti et de nier aussi le traumatisme de la population belge, même plus de vingt ans après les faits.

Faut-il libérer Marc Dutroux ? Peut-on envisager des exceptions à la libération conditionnelle parce qu'on est face à un personnage bien particulier, ou la justice doit-elle s'appliquer à tous sans exception ? Le renforcement des conditions de la libération conditionnelle va-t-il dans le bon sens ? Quel sens donne-t-on à la prison aujourd'hui ?

Marie Van Cutsem reçoit autour de la table Delphine Paci, présidente de la section belge de l'Observatoire International des Prisons, Pierre Sculier, bâtonnier de l’Ordre francophone du barreau de Bruxelles, Thierry Denoël, journaliste au Vif et Christophe Dubois, sociologue à l’Université de Liège.

Autant de questions au cœur de "Débats Première", en collaboration avec Le Vif, ce jeudi 15 février en direct de 12h à 13h sur La Première.

Un débat à (re)voir ci-dessous:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK